Publié dans consommer, c'est voter

Les centres commerciaux ou la folie des grandeurs

les centres commerciaux : un lieu de vie, vraiment ? Le pouvoir d’achat baisse et la fréquentation de ces lieux chute depuis 2007. Pourtant la France compte 750 centres et 50 sont en construction. Sur le modèle américain, les centres commerciaux XXL fleurissent un peu partout dans le pays. Ils ont tous le même but : Nous faire acheter ! et ça marche. Tout est bon pour nous attirer : parking offert, promotions, offres spéciales, cartes de fidélité, manèges pour les enfants, cafés, restaurants, glaciers. Tout est fait de manière à ce que nous prenions du plaisir à nous y balader, soyons tenter, achetions. Des choses inutiles peut-être, mais il faut acheter.

Les centres commerciaux créent le besoin et apportent du plaisir à court terme : l’acte d’acheter.

Que l’on ait reçu une bonne nouvelle ou que l’on subisse un malheur, « acheter » comble une pulsion.

Malheureusement, la plupart des boutiques capables de s’offrir un loyer dans un centre commercial, appartiennent à des grandes chaines de magasins, des marques noyées dans des grands groupes souvent cotés au CAC 40.

Et le fonctionnement on le connait : il faut vendre toujours plus! dégager le plus de marge possible pour rémunérer des actionnaires. Et même s’il faut faire vivre les employés dans la précarité, leur imposer une dépendance à l’aide sociale ou encore faire fabriquer tous ces futurs déchets par des adultes et des enfants non rémunérés ou si peu, à l’autre bout de la planète.

C’est un cercle vicieux !

Les bas salaires imposent le fait de devoir acheter le moins cher possible. Avoir peu de moyens financiers n’empêchent pas d’avoir besoin/envie « d’acheter ». Une fois le besoin crée, on ne réfléchit pas assez à l’utilité ou à la pertinence de cet achat. « Combien de temps vais-je l’utiliser? Est-ce vraiment utile ? Est-ce compatible avec mon budget ? » Alors on se trouve des excuses : « cela va me durer qu’un mois alors je ne veut pas mettre trop cher » Et on tombe dans le piège. Du coup on fait confectionner des vêtements et produits en tout genre à des enfants esclaves à l’autre bout de la planète pour avoir le choix (car oui, en plus, on veut choisir la couleur, la forme etc…) du produit quand on veut et pour le temps que l’on veut.

On court après l’argent et lorsqu’on l’a, on fait tout pour en dépenser le moins possible, quitte à faire travailler les gens sans rémunération ou à faire vivre des familles dans la précarité.

Laisserions-nous nos enfants récolter et traiter le cacao pour que toute la planète puisse manger des bonbons au chocolat, pas chers, toute l’année ?

Est-ce que ce mode de réflexion est à revoir ? Chacun d’entre nous a, la vraie réponse 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s