Publié dans Les bonnes idées

Les préjugés

Le préjugé est défini par le dictionnaire LAROUSSE comme étant un jugement sur quelqu’un ou quelque chose, formé à l’avance (sans fondement), selon des critères personnels et qui oriente les dispositions d’esprit à l’égard de cette personne/chose.

En psychologie le préjugé fait référence à une attitude qui renferme des sentiments de mépris, de dégoût ou d’écœurement.

Dans les années 20, l’Homme a commencé a étudier les préjugés. Les recherches européennes et américaines essayaient de prouver la supériorité des blancs.

La roue a tournée entre 30 et 40 car les préjugés étaient considérés comme pathologiques. Les études cherchaient les syndromes psychologiques liés au racisme, à l’antisémitisme et aux autres formes de préjugés.

En 1950, Theodor ADORNO présente les « Autoritaires » comme étant des penseurs rigides qui obéissent à l’autorité et imposent une obéissance stricte aux règles et aux hiérarchies sociales. Les personnes autoritaires sont plus susceptibles que les autres d’entretenir des préjugés contre des groupes qui ont un statut inférieur.

3 points intéressants :

  • Une forme politique conservatrice d’autorité de droite associée à une multitude de préjugés.
  • Les personnes qui hiérarchisent l’ordre social et souhaitent que leur groupe domine sont plus susceptibles d’entretenir des préjugés envers des personnes de statut inférieur.
  • La pensée rigide, unique et catégorique est un moteur aux préjugés. Ce phénomène se retrouve souvent chez les personnes qui ont moins de contact avec des gens d’un autre groupe ». 

Les personnes ayant une haute opinion d’eux-mêmes ont plus tendance à avoir des préjugés car cela permet de maintenir l’ estime d’eux-mêmes. Nous pouvons donc retenir que réduire les préjugés augmente l’estime de soi.

Les préjugés dépendent de la manière dont les membres d’ un groupe expliquent leurs comportements. Ces explications sont un symptôme et une source de préjugés. Les personnes font alors des attributions peu charitables pour expliquer le comportement des membres d’un autre groupe.

3 attributions connues :

  • L’ idée que dans un monde juste, les gens reçoivent ce qu’ils méritent et méritent ce qu’ils reçoivent. Cela soutient que l’injustice sociale ne dépend pas de la société mais plutôt des victimes de préjugés.
  • La tendance à attribuer les comportements à des dispositions, mêmes s’ils sont causés par d’autres facteurs. 
  • L’erreur d’attribution. Lorsque les membres d’ un groupe, attribuent les comportements négatifs d’ Autres à leur disposition, ou attribuent les comportements positifs du groupe différent à des facteurs extérieurs, tels que le hasard, l’exception, un coup de chance, un avantage, un haut niveau de motivation ou de l’ effort.

Par exemple, lorsque des personnes doivent accomplir de tâches typiquement masculines, le succès des hommes est plus susceptible d’être attribué à leurs habiletés que celui des femmes. Les échecs des hommes sont aussi plus susceptibles d’être attribués à de la malchance ou à un manque d’effort que ceux des femmes.

Les Conséquences des préjugés

Le Racisme… Lié à des émotions négatives face à un autre groupe, mais surtout à un favoritisme envers son propre groupe. Plusieurs formes de discrimination existent du fait que les émotions positives comme l’admiration, la sympathie et la confiance sont réservées qu’aux membres du même groupe.

Les personnes dont la couleur de peau est blanche sont plus susceptibles d’exprimer des préjugés contre les personnes dont la couleur de peau est noire. Des personnes « noires », candidats pour un emploi ont plus de chance d’être confrontées à des préjugés lorsque leurs qualifications sont ambiguës et/ou leur dossier est fort ou faible.

 formes subtiles de racisme :

  • le racisme symbolique (opposé à des politiques aidant les minorités) ;
  • le racisme ambivalent (conflit émotions positives et négatives) ;
  • le racisme moderne (minorités ayant des demandes injustes ou recevant trop d’assistance) ;
  • le racisme aversif (aversion personnelle).

Certains liens ont pu être faits comme celui de la surestimation du nombre d’immigrés pouvant être expliquée par la proéminence de la menace économique.

Le Sexisme…

Le sexisme Traditionnel représente les femmes comme incompétentes ou pas intelligentes.

Le sexisme moderne se caractérise par le déni, que la discrimination sexuelle continue d’être un problème.  Etre sexiste aujourd’hui, c’est aussi, encore, croire que le gouvernement et les médias sont trop concernés par le traitement des femmes.

Au-delà des préjugés que l’on peut avoir sur des gens que l’ont considèrent différents et inférieurs, il y a aussi le jugement sur les maladies invisibles à l’œil nu, sur certains métiers, sur des looks, sur l’aspect physique ou encore sur une musique ou un artiste.

La différence entre préjugés et stéréotypes

On pourrait avoir un stéréotype, celui que les marseillais font toujours la sieste, et le préjugé négatif qu’ils sont feignants.

Pour limiter les stéréotypes et les préjugés, il faut rester curieux et observer plutôt qu’ évaluer. Se rapprocher d’un groupe, dépasser les idées préalables et ne pas appliquer de filtres.

Tout Homme capable de penser ou parler n’est à l’abri d’entretenir des préjugés, mais en, en étant conscient et en se consacrant à de nouveaux efforts pour limiter les effets néfastes sur la société, il tente efficacement d’être un peu meilleur avec lui-même et avec les autres.

C’est aussi cela, se simplifier la vie !

-Ecouter-Comprendre-Admettre-Accepter-Solutionner-

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s