Publié dans Les bonnes idées

La Tirelire de l’Etat

Je suis aller faire un tour sur la plateforme du gouvernement, concernant le budget 2021. Comment est financé le budget de l’état et de combien est-il ? Combien représentent les aides sociales et comment sont-elles financées ?

En France, la règle du jeu est simple : On cotise à la hauteur de nos moyens et on récupère à la hauteur de nos besoins.

Le Budget de l’état c’est l’ensemble des ressources et des dépenses. Depuis 40 ans les dépenses sont supérieures aux recettes pour plus de 2000 milliards d’euros : c’est la dette.

Plus de 90% de ces ressources viennent des d’impôts directs ou indirects prélevés à la fois sur les citoyens et les entreprises. Les 10% restants proviennent des amendes et des jeux.

Les dépenses de l’État financent les services publics : la police, la justice, la recherche l’éducation etc… Elles comprennent des dépenses de personnel, de fonctionnement, d’intervention, d’investissement (exemple : construction des routes) ainsi que le remboursement des intérêts de la dette.

En 2020, le budget était de 250 milliards d’euros mais nous en avons dépensé 343, soit un déficit de 93 milliards d’euros. On estime que les personnes et les entreprises qui ne paient pas l’intégralité de l’impôt dont ils sont redevables représentent entre 80 et 100 milliards d’euros perdus pour le budget, tous les ans.

Les Aides Sociales

L’aide sociale est financée par la participation de l’État, les collectivités territoriales, les organismes de Sécurité sociale et les organismes de mutualité agricole.

En 2015, la protection sociale représentaient un total de 746,6 milliards d’euros, dont 701,2 milliards sont des prestations sociales. Cela représente 32 % du produit intérieur brut français. Le Danemark, l’ Italie, la Finlande, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la Suède consacrent aussi plus d’un quart de leur PIB à la protection sociale. Les prestations versées pour la santé, la vieillesse ou la survie représentent 80 % du total.

Le RSA (570€) est versé à 2.5 millions de personnes chaque année et il est estimé que 30% des personnes pouvant en bénéficier ne le demandent pas. Les démarches sont complexes et découragent beaucoup. Une personne sans domicile fixe peut prétendre à ce minimum vital.

L’ Histoire de la sécurité sociale.

Les résistants avaient pour idée de développer une protection sociale par la solidarité. La règle est restée mais divise les français. Cotiser à hauteur de ses moyens ne plaît plus à une catégorie de personnes qui pense que cette participation leur donne Droit, d’accéder à ces aides même s’ils n’en ont pas besoin.

Aujourd’hui, la sécurité sociale est divisée en 4 départements : la maladie, la famille, les accidents/maladies professionnelles, ainsi que la retraite. Mais cela devient difficile à financer.

Moins d’argent récolté car il y a moins de salaires, au vu du chômage qui ne cesse d’augmenter. On vit plus longtemps et en mauvaise santé. Les retraites et les soins représentent la plus grosse partie du budget.

En 1991, le nouvel impôt, la CSG voit le jour pour les retraités, les personnes en situation de handicap, les chômeurs, les propriétaires et certains placements financiers.

En 1996, c’est l’impôt la CRDS, pour tous, afin de rembourser le prêt contracté par le ministre de l’époque.

En 2004, c’est le reste à charge qui augmente. Sur chaque soins, médicaments, transports ou traitements, les français participent à leurs dépenses en matière de santé. Les politiques parlent de moins en moins de solidarité et incitent les salariés à se protéger eux-mêmes, avec des complémentaires santé individuelle. C’est un peu le retour à la case départ car lorsque la solidarité disparaît, seuls, ceux qui peuvent payer, sont protégés.

En 2013, le gouvernement impose de travailler plus longtemps et augmente les cotisations. Pour pouvoir profiter de la vie avec une retraite complète, il faut travailler jusqu’à 67ans. A noter qu’il a été calculé par l’INSEE que l’espérance de vie en bonne santé était de 64 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes.

Le vocabulaire change également, on parle plus de charges que de cotisations et la solidarité a disparu.

En 2015, le montant des allocations familiales est versé désormais en fonction du revenu mais toutes les familles continuent à en bénéficier.

La protection sociale n’est plus la même pour tous. Il y a le régime général qui concerne 80% de la population, puis il y a le régime pour les professions libérales, les indépendants, les agriculteurs et les fonctionnaires.

Et concrètement, les aides sociales, cela représente combien dans la tirelire ?

Il est important de préciser que tous les chiffres viennent de la DREES ( Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques ).

Je pose mon article sur l’année 2018 ( avant Covid ) où 742 milliards d’euros ont été dépensés pour la protection sociale. Le logement et la pauvreté ont reculé alors que la vieillesse et la famille ont augmenté.

La vieillesse/survie (retraite, avantages séniors) représente 325 milliards sur les 742 de départ, et la santé, c’est 249 milliards ( soins, hospitalisations, spécialistes, maison de repos, cures, traitements, transports).

Les prestations liées à l’emploi sont en nette augmentation et représentent 44.8 milliards (chômage et plan de formation mit en place sous le président Hollande).

La dépense ayant le moins varié en 2018 est celle de la famille à cause de la chute de natalité et de la modification du versement des allocations familiales en fonction du revenu soit 54.6 milliards d’euros.

Les dépenses en lien avec la pauvreté et l’exclusion sociale est en hausse avec 21.3 milliards d’euros et les prestations de logement atteignent le montant de 18.4 milliards d’euros.

En bref !

Presque 6 millions de chômeurs fin 2020 pour 800 000 offres d’emplois. Seuls 23% des bénéficiaires ont accès à un emploi en CDI ou de + de 6 mois. 43% d’entre eux auront accès à un emploi pour un mois.

A la demande du sénat, en 2019 La cour des comptes a réalisé une enquête sur le montant perdu à cause de la fraude à l’aide sociale. Une somme d’un milliard d’euros a été détectée dans les départements de la famille et de la pauvreté, celui de la santé et de la vieillesse étant presque impossible à étudier.

Plus de 10 millions de personnes vivent en France, sous le seuil de pauvreté qui est de 1063€/mois, soit environ 1 français sur 7.

Les aides sociales permettent de baisser de moitié, l’écart de niveau de vie entre les 20% les plus pauvres et les 20% les plus riches.

Il y a un peu plus de 3 millions d’allocations de rentrée versées chaque année et 2.8 millions d’allocations d’aide au logement.

Les derniers gouvernements ont voulu économiser 8 milliards d’euros sur le budget de la santé ces dernières années, en supprimant des lits, du personnel et du matériel. En 2020 le gouvernement a dépensé 15 milliards d’euros dans l’achat des masques chirurgicaux.

STOP AUX PREJUGES, CLIQUEZ ICI pour connaître le vrai montant des minima sociaux.

La meilleure façon de réduire ces dépenses d’assistance sociale est de se maintenir en bonne santé, par une alimentation saine et de l’exercice physique. La plupart de nos maux, frais médicaux et/ou d’hospitalisation sont la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie. Soyons raisonnable, Responsable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s