Publié dans Les bonnes idées

Cap sur les Zones bleues

Aux 4 coins du globe, il existe des régions où les démographes ont constaté une forte population de personnes, plus âgées qu’ailleurs, et en excellente santé. On appelle ces endroits, les « zones bleues ». Je vous propose un petit voyage au cœur de ces populations dont le secret de longévité, qui n’est plus si bien gardé, repose sur 4 piliers essentiels.

Depuis le début du siècle, 5 zones bleues ont été découvertes.

C’est en se rendant en Sardaigne il y a plus de 20ans, que les démographes Gianni PES et Michel POULAIN ont pointé la première. En effet dans la région de Nuoro, vit une concentration de personnes centenaires en très bonne santé. Après 10 jours, la première carte de « zones bleues » était créée.

La première, la région de la Barbagia en Sardaigne, dans la péninsule de Nicoya au Costa Rica, sur les îles Okinawa au Japon et Icarie en Grèce. Enfin, dans la communauté religieuse d’Adventistes au septième jour de Loma Linda en Californie.

10 jours de vacances dans ces zones ne suffisent pas à vivre mieux et plus longtemps. Le véritable bénéfice de ces endroits profite uniquement à leurs habitants, sur le long terme.

La longévité s’explique à 10% par les gènes et à 90% par le mode de vie. Dan Buettner

1er pilier : le lien social est au cœur du mode de vie des zones bleues

Dans certaines de ces zones, il n’est pas rare que 3 ou 4 générations vivent ensemble. Transmettre des souvenirs ou un savoir permet aux grands-parents de faire travailler leur mémoire. Au contact de leurs petits-enfants, les fonctions cognitives, les santés mentales et physiques s’améliorent. Cela diminue le risque de développer du stress ou la maladie d’ Alsheimer.

2eme pilier : L’ alimentation

Les repas pris ensemble joue un rôle majeur dans le maintien d’une bonne santé et donc dans l’espérance de vie. A l’abri de la mondialisation, de l’industrialisation et des pesticides, les habitants des zones bleues consomment le plus souvent des produits locaux, de saison et très peu de viande.

L’île d’Okinawa au Japon ou « l’île aux centenaires » offre une douceur de vivre unique. Ici, 80% des produits consommés sont des végétaux locaux, cultivés de façon biologique et leur gastronomie préserve un maximum les richesses en nutriments et en antioxydants des aliments. Parmi leurs aliments fétiches : le noni ou « aspirine des Anciens » (fruit tropical qui contient trois fois plus de vitamine C qu’une orange) ; le gôya (concombre local particulièrement riche en antioxydants) ou encore les herbes médicinales (apportent de la saveur aux plats et ont des vertus thérapeutiques fortifiantes et anticancéreuses). 

Une bonne alimentation permet surtout de se prévenir des maladies. C’est donc un geste de prévention que de bien manger.  Alexandra Retion

3eme pilier : Bouger ! L’ activité physique régulière, indispensable pour préserver sa santé.

Dans ces zones de Paradis, c’est un plaisir de travailler. Cependant, pour bien travailler il faut savoir se reposer et se détendre. les habitants se déplacent pour la plupart à pied et ils ont une vie active.

 le fait que l’on vive plus longtemps, c’est une très bonne nouvelle. Malheureusement, on tombe alors bien plus malade que lorsqu’on était jeune ». Alors, il est important de préparer tôt sa vieillesse et pour cela « rien ne vaut l’activité physique. Pas besoin d’être un sportif olympique : un temps de marche quotidien entretient déjà la machine. Si on aime le sport, bien sûr, c’est encore mieux. professeur Philippe Amouyel

4eme pilier : Le facteur génétique

Il s’agit de la taille des télomères des individus, ces extrémités d’ADN sur nos chromosomes. de génération en génération, le nombre de centenaires ne cesse d’augmenter. La piste de la consanguinité a ainsi été étudiée de près. Avec les mariages consanguins successifs, il n’y a que les gènes les plus importants, les plus puissants qui sont transmis de génération en génération.

En France le mariage consanguin est interdit car il augmenterait le risque de malformations ou de maladies génétique dû au fait qu’un gêne se retrouve en deux exemplaires. Mais l’hygiène et le mode de vie est propre à chaque pays.

Les zones bleues restent discrètes et se révèlent donc être de véritables havres de paix. Loin du stress, on y prend le temps de vivre. Les relations humaines sont chaleureuses et fortes. L’alimentation est saine, équilibrée et les activités physiques régulières. On peut dire que les centenaires de ces zones ont découvert depuis longtemps le secret de la longévité.

Même si nos vies, nos quotidiens sont incomparables, nous pouvons regagner un mode de vie plus sain et espérer d’ici quelques années ou générations, allonger le temps de vie en bonne santé. Nous pouvons commencer par cesser de se détester par jalousie, se rapprocher, se nourrir plutôt que de Manger ou se goinfrer et maintenir une activité physique régulière. Viser plutôt l’effort physique s’il y a besoin de se remuscler.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s