Publié dans Les bonnes idées

POC !

Le TOC, le trouble obsessionnel compulsif et le trouble de la personnalité obsessionnelle compulsive (POC) sont trois caractères différents avec pour seul point commun le fait que certaines idées peuvent tourner en boucle dans la tête.

La personnalité obsessionnelle compulsive toucherait entre 3 et 8 % de la population. On la reconnaît par un besoin sans cesse d’ordre, de perfection, de contrôle, de recherche d’excellence, dans tous les secteurs de la vie et sans marge de manœuvre.

Les personnes obsessionnelles compulsives estiment que le monde fonctionnerait mieux si toutes les personnes faisaient comme elles.

Les personnes ayant une POC ( personnalité obsessionnelle compulsive ) adorent les détails, l’organisation et les choses bien carrées; rien ne doit dépasser. Elles manquent de flexibilité et sont plutôt conservatrices. Ces obsessionnelles ont du mal à déléguer, de peur que la tâche soit mal faite. Elles jugent les autres en fonction de leur niveau de performance. Maniaques du contrôle selon leur entourage, elles sont décrites comme rigides, intransigeantes et critiques inlassables »

A terme, la moindre action est ralentie ou reste inachevée. Le patient se renferme, se méfie des autres et devient très solitaire. Les principales conséquences sont la dépression persistante et la consommation d’alcool.

Bien entendu, les individus obsessionnels ne souffrent nullement de leur façon d’être… Afin de conserver un sentiment de contrôle, ces patients se concentrent sur les règles, les moindres détails, procédures et sur les listes. Par conséquent, le point principal d’un projet ou d’une activité est perdu. Ils vérifient à plusieurs reprises s’ils n’ont pas commis d’erreur et accordent une attention démesurée au détail. Ils ne font pas bon usage de leur temps, exécutant souvent les tâches les plus importantes en dernier. Ce sont en général, leurs proches qui leur demandent de consulter un psychologue, lassés et fatigués avec le temps, des remarques.

Les obsessionnels estiment que le monde fonctionnerait mieux si tout le monde était comme eux. Car ils ont toujours raison. Mais ils sont réputés pour gérer les situations avec inflexibilité et sans considération pour la détresse des autres.

Les symptômes de ce trouble peuvent s’atténuer en 1an, mais la rechute sur une vie reste encore assez méconnue.

Les Solutions

Elles ne sont pas évidentes car le patient est souvent rigide et obstiné. Une psychothérapie ou une thérapie cognitive et comportementale restent les meilleurs moyens d’améliorer le comportement du patient et de diminuer la frustration de l’entourage.

Témoignage

Vincent Trybou est psychologue clinicien spécialisé dans les troubles du comportement et fait part d’une expérience avec un patient pour lequel il a très vite comprit qu’il souffrait d’une personnalité obsessionnelle compulsive ( POC) :

Un homme, la quarantaine, arrive dans mon cabinet un lundi matin. Il est accompagné de sa femme. C’est elle qui l’a forcé à venir. Pour une raison très simple. Elle ne le supporte plus. « Il est constamment en train de tout critiquer, me dit-elle devant lui, rien n’est jamais comme il veut. Il me demande sans cesse pourquoi j’ai encore acheté un pantalon, pourquoi on prend du dentifrice trop cher, pourquoi les lumières sont allumées. Il note toutes nos dépenses dans un carnet, au centime près ! Il est constamment sur le dos des enfants pour les devoirs. Il est capable de les mettre plus bas que terre quand ils n’ont pas de bonnes notes. Les câlins et la chaleur humaine, il ne connaît pas. C’est un homme rigide, froid, donneur de leçons. Il est têtu, buté. Il a toujours raison. Personne ne trouve grâce à ses yeux, sauf les gens à la télévision qui parlent comme lui. La société est là pour faire une génération d’assistés, notre monde est décadent, selon mon cher mari… »

Hervé écoute sa femme, le visage fermé. Puis il m’explique que ce rendez-vous est une perte de temps, que madame est dépensière et qu’il est important de tirer les enfants vers le haut. Il décrit également des soucis au travail avec ses collègues : le courant ne passe pas avec eux, car ils ne sont pas sérieux. Si les gens faisaient comme il l’entend, tout serait mieux, cela ne fait aucun doute !

Retour sur le TOC et les troubles du comportement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s