Publié dans consommer, c'est voter

Au nom de l’Humour !

Depuis des mois, les français sont infantilisés, culpabilisés et contraints de faire, toujours plus d’efforts, au nom du méchant virus.

Les caméras de TV et les micros de radios, passent leur temps à mettre la loupe et décortiquer les méchants comportements de certains. Le « diviser pour mieux régner » fonctionne à merveille chez d’autres qui passent plus de temps, à regarder et juger sur quelques secondes, le comportement d’une minorité, qu’à se remettre eux mêmes en question sur la situation. Au final aucun cluster dans aucune « rave-party »…

Et pendant ce temps-là, depuis un an, dans l’ombre, c’est un record de réservations de jets privés et de locations d’îles paradisiaques en plein confinement. Des dizaines de grosses soirées dans les villas à Saint Tropez, les chalets de Megève ou les Hôtels particuliers Parisiens. (une des sources ICI)

Aujourd’hui, les médias et le gouvernement ne peuvent plus le cacher au vu de l’ampleur sur internet. Merci d’ailleurs à M6 pour ce petit reportage rare et sympathique à la télévision. Oui, un membre du gouvernement a reçu une invitation pour participer à une soirée privée dans un palais parisien. Ils sont prit au piège. Coincés, ils admettent donc qu’ils étaient au courant et que ce soir là, les policiers sont restés au commissariat ou sur les ronds-points à verbaliser ceux qui font « comme ils peuvent ».

Le maître de cérémonie qui annonçait en caméra cachée, qu’il y avaient des ministres à ses soirées régulières, est revenu sur sa déclaration en disant que c’était une blague ! Affaire classée ! Mais c’est mal connaître le pouvoir d’internet et la détermination des vrais journalistes.

Afin de contraindre les médias classiques à parler de cette aberration, des manifestions s’organisent. Le bâtiment est de suite protéger par une belle équipe de policiers. Le propriétaire du palais utilisera la bonne, vieille méthode classique et has-been, en dirigeant les policiers plutôt vers les banlieues qu’en bas de chez lui.

Au même moment, 400€ d’amendes étaient distribués à 3 personnes qui buvaient du rosé sur les quais.

Le chef réputé pour ses grandes soirées de prestiges à Paris et Saint Tropez et le propriétaire du palais étaient en garde à vue encore hier.

Reste à connaître le sort qui sera réservé à celui qui a filmé le reportage et si les deux présumés innocents seront reconnus coupables et assumeront réellement les conséquences de cette histoire.

En date du 10/04/2021
en date du 8 avril 2021

Interview très enrichissant, qui parle « un peu » des coulisses de l’éducation en France, des générations et de l’accès à l’information.

Et un autre, récent, parce que cela me fait plaisir, sur la corruption actuelle. A écouter en voiture, sous la douche, partout 🙂 La présidente d’Anticor dont l’agrément vient d’être renouvelé par le premier ministre.

Consommer l’information, c’est participer à la rémunération de la Vraie ! C’est admettre que pour s’informer réellement, il faille payer.

Des médias comme Thinkerview, Les jours, Numéro 1, L’association Anticor, le magazine Frustration, Vert et bien d’autres attendent vos participations afin de pouvoir continuer à faire tomber cette grande mascarade du « journal de 20H ».

Publié dans consommer, c'est voter

La Planète de Caro

Je vous propose de découvrir TWITCH, la plateforme de streaming. Créée en 2011 essentiellement pour du Live de jeux vidéos. Racheté en 2014 par Amazon, c’est en 2019 que le site se diversifie. On peut y trouver des chaînes proposant de la musique, des sujets de discussion autour de l’astronomie ou de la diététique ou encore des cours de Mathématiques.

Aujourd’hui, nous faisons connaissance avec une streameuse.

En live tous les matins avec une centaine de Viewers( spectateurs), Caroline, parle diététique, santé, régime alimentaire, bien-être, cuisine et sport.

Bonjour Caro ! On fait connaissance ?

Oui ! Je m’appelle Caroline, 31 ans, originaire de la région de la Mirabelle, la Lorraine. Fille de professeure de danse classique/contemporain et de chorégraphe, j’ai passé mon enfance et adolescence à la campagne. Heureuse de sauter dans les bottes de foin et de jouer à la pêche au nénuphars après une grosse pluie.

Et les études ?

L’école, c’était pas mon truc du tout. j’ai fais le conservatoire en danse classique et contemporaine. (un peu de flute à bec pdt 7 ans) puis j’ai passé mon bac technique musique et danse. J’ai commencé des études de psychologie mais je n’étais pas une étudiante modèle. A coté, j’avais des jobs étudiants, c’est qu’il fallait bien payer les boissons en boite de nuit ! Après avoir redoublé la première année, j’ai intégré une école de tourisme qui m’ a permit d’exercer tous les métiers liés à cette profession pendant 10ans. réceptionniste, serveuse, vendeuse en agence de voyage. De la Lorraine à la côte d’Azur, en passant par la Suisse.

2019 a été une année particulière pour toi ! La révélation ?

Je ne voulais plus de cette vie qui court plus vite que la musique, où les patrons sont le nez dans le chiffre d’affaire et ne font plus la différence entre l’humain et un ordi, où les collègues peuvent devenir complètement fou. J’ai rencontré Xavier, avec qui je vis aujourd’hui et qui m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, comme l’importance de faire des choix et manger plus sainement. Il m’a sensibilisé également à l’écologie.

Et du coup ? En 2020, c’est le début de l’aventure ?

Tout à fait ! On savait qu’on allait être confiné, donc l’idée était de ne pas s’ennuyer à la maison. Etant une grande bavarde et adorant cuisiner, Xavier m’a proposé de faire des vidéos de cuisine. La chaine Youtube était lancée, l’aventure née et j’ y ai pris gout. Beaucoup d’excitation, j’apprenais le montage vidéo, à filmer. Puis Twitch. Encore une idée de Xavier. Oui c’est comme mon mentor! Il fallait trouver le sujet au début pour streamer, et la cuisine est venue naturellement. C’était logique. De la cuisine avec des « à cotés » pour pouvoir discuter d’épanouissement personnel, de sujets d’actu ou autre. 

Comment la diététique est arrivée dans ta vie ?

j’ai perdu mon papa en août 2020 d’un cancer du rein. C’est aussi pour cela que je me suis intéressée à la nutrition. Je voulais trouver le moyen de le sauver en lui apportant une alimentation saine et robuste. Mais je l’ai sensibilisé trop tard. Je crois, inconsciemment, que si ce que je fais aujourd’hui permet de sauver des vies, ca me permettra d’aller bien. C’est clairement le message que je veux passer. Je ne suis pas diététicienne ni nutritionniste. Cela dit j’ai conscience du bienfait de la nourriture saine sur notre santé et je souhaite le partager au plus grand nombre, sans être dans un truc viscéral de frustration comme « ne mangez pas ceci ou pas cela », non. Pour moi, c’est comme si je plantais plein de petites graines à chaque Lives. J’essaie de vulgariser un peu tout cela pour que cela paraisse moins inaccessible. (trop cher, trop bio, trop veggi c’est idées reçues et infondées presque ).

Que te reste il à accomplir ?

Avec mon compagnon, on voudrait faire le tour de France en camping-car. Faire de la création de contenu pour Youtube et Twitch. Aller à la rencontre des acteurs de demain. Nous aimerions aussi ouvrir une maison d’hôte. Proposer des rdv Twitch sur place. Mais ça, c’est encore loin ! On va croiser les doigts !  J’aimerai en profiter pour remercier toutes ces personnes qui m’encourage jour après jour en manifestant leur présence et en m’accordant leur temps. Je leur en suis extrêmement reconnaissante. 

Pour soutenir Caro et ses projets : le compte Tipeee ICI

facebook

Publié dans consommer, c'est voter

Avez-vous déjà vu ce tract ?

Depuis la fameuse phrase « Nous sommes en Guerre » et l’agonie du système de santé, cette intox est une aubaine. Reprenant la citation du président, des petits malins ont lancé cette folle rumeur comparative entre le budget pour « tuer » et celui pour « sauver ».

Les sommes annoncées correspondent au budget de la défense et celui de la santé, DANS le budget de l’état. Il est important de le préciser car les 1.1 milliards d’euros pris dans la tirelire, représentent les dépenses de l’aide médicale d’état, accordées sous conditions, aux personnes en situation irrégulière ayant besoin d’être soignés.

Bien évidemment, ce tract dénonce quelque chose qui est faux ! Puisque les dépenses en matière de santé ne font pas partie du budget de l’état mais de la sécurité sociale, qui elle, est financée entre autre, par les cotisations sociales (les petites lignes entre le brut et le net, sur vos fiches de paie par exemple). En 2020, son budget était donc de 413.2 milliards, pour sauver des vies ! C’est donc 4 fois plus que la défense et non, 5 fois moins.

L’argent récolté chaque année, par la sécurité sociale, représente en moyenne 3000€ pour couvrir les dépenses en matière de santé, de chaque français, quelque soit leurs revenus.

En 2018, l’organisme a récolté 618.7 milliards d’euros et en a dépensé 607.7 milliards d’euros. La plus grande dépense de la sécurité sociale est la prise en charge de la vieillesse ( 198.3 ), suivie des maladies ( 126.3 ), puis viennent la famille ( 37.1 ) et les accidents du travail/maladies professionnelles ( 9 )

Chiffres du Gouvernement ICI

En 2020, un extrait des budgets votés : ( tous les budgets ICI )

Education Nationale : 76 milliards d’euros

Enseignement supérieur, recherches et innovation : 24.1 milliards d’euros

Défense : 67.2 milliards d’euros

Transition Ecologique : 44.4 milliards d’euros

Service du Premier Ministre : 31.3 milliards d’euros

Intérieur : 27.5 milliards d’euros

Publiée en 2018, la Cour des Comptes propose cette vidéo comparative. On y comprend entre autre, que les conséquences certaines d’une trop grande restriction de budget dans la santé, ferait dépenser encore plus, plus tard.

La sécurité sociale est à découvert en moyenne de 1.5 milliards chaque année. S’il y avait un peu plus de budget dans la lutte contre la fraude fiscale par exemple, cela ne serait même plus un problème…

Mais la Sécurité Sociale, c’est quoi ? Présentation 🙂

Publié dans consommer, c'est voter

Elu meilleur aliment du 21eme siècle !

La spiruline est une algue microscopique bleu-vert. En forme de spirale, elle est apparue sur Terre il y a 3.5 milliards d’années. L’algue pousse naturellement dans les lacs Indiens, Tchadiens et Mexicains. Parmi les 1500 espèces, seules 36 sont comestibles. Grâce à sa grande richesse nutritionnelle, la consommation de spiruline dépasse les 250 tonnes en France, depuis 2017.

Il s’agit du meilleur aliment pour l’humanité au 21e siècle. OMS

Ses bienfaits sont si reconnus, que la spiruline est utilisée pour lutter contre la malnutrition et les carences.

Son apport en fer permet de lutter contre la fatigue. Cette « algue des Aztèques » est considérée comme « super aliment » au même titre que l’avocat, pour sa grande concentration en éléments nutritifs. C’est un cocktail d’antioxydants et de vitamines, très apprécié des sportifs.

Comme tout aliment prisé : Attention aux arnaques ! La spiruline est un excellent aliment à condition qu’à l’achat, elle soit de qualité et notamment sans additifs.

Comment et sous quelle forme consommer de la spiruline ?

La micro algues se consomme essentiellement sèche et il est possible de la consommer sous différentes formes.

Intégrée à des plats aussi bien salés que sucrés, l’algue au goût prononcé se marie très bien avec les potages, les smoothies, les salades de fruits ou composées.

l’aliment le plus complet de demain. UNESCO

Ajouter une cuillère de spiruline en poudre dans un mojito ou un smoothie kiwi-banane est idéal.

Préférez les paillettes de spiruline, pour saupoudrer d’une cuillère à café, vos risottos ou salades en tout genre.

En petite quantité dans un yaourt, fromage blanc ou compote

Dans le même registre, l’algue Nori popularisée par les Makis, est un concentré de vitamines A, F et B12, de zinc et de fer. Traditionnellement importée d’Asie, vous pouvez maintenant en trouver d’origine bretonne.

Que vous soyez jeune ou plus âgé, que vous pratiquiez la musculation ou que vous soyez sédentaire, végétarien, végan ou simplement à la recherche d’un complément alimentaire, la spiruline vous apportera tous les bienfaits dont votre corps a besoin pour se maintenir en bonne santé et éviter la dépendance aux médicaments.

Publié dans consommer, c'est voter

L’argent Tabou se décomplexe

Sujet tabou dans nos pays francophones, l’argent est de plus en plus, mis en lumière. Et c’est une bonne chose ! Souvent passé sous silence, ou considéré comme quelque chose de malsain, nous le payons aujourd’hui tristement, ce qui fait évoluer les mentalités.

Jusqu’à présent, les études montraient que les gens préféraient, en France, encore parler de leur opinion politique que de leur salaire, mais cette tendance a bien changé. Comme dans les pays anglo-saxons, assumer et dire son salaire s’impose. En sociologie, on dit que l’argent a un pouvoir de vérité dans les rapports humains.

L’argent est comme un miroir car il n’est pas vu pour ce qu’il est mais pour ce que nous projetons sur lui ( l’argent, c’est la sécurité, la liberté, le confort de vie, le pouvoir, une source de conflit, l’injustice, la cause des problèmes dans le monde, sale, etc. pour ne citer que les plus courants). 

Nous nous intéressons dans cette publication, aux personnes qui, loin d’être acheteuses compulsives, ne parviennent pas à dépenser de l’argent pour elles.

Cette attitude cache une tendance à l’autodénigrement et témoigne souvent d’un intense besoin de sécurité. Cela s’appelle « l’anorexie financière ».

Ne pas dépenser, c’est assurer ce besoin de sécurité et se préserver pour un futur forcément angoissant. Cela rejoint la peur de la mort ou de la maladie: on craint d’être démuni et de ne pas pouvoir faire face aux difficultés qui nous attendent.  

Le phénomène de l’anorexie financière est très différent de celui de la pingrerie. Une personne à qui l’on aurait dit dans son enfance : ‘Tu ne vaux rien’, ‘tu es nulle’, pourra avoir mémorisé ces remarques et vouloir être transparente aux yeux des autres à l’âge adulte. Persuadée qu’elle n’a pas de valeur, la personne concernée, aura tendance à dépenser pour ses proches, mais pas pour elle.

De cette mauvaise estime de soi résulte bien souvent une forme d’ascétisme : le non droit à la satisfaction et le manque de confiance en soi.

Il y a également, la phobie du manque d’argent : reflet de ce manque de confiance, cette peur paralyse et empêche d’ évoluer.

On pourrait se dire que cette peur aide les gens à moins dépenser, à devenir économes, cela évite de nombreux cas de surendettement. Mais ce n’est pas tout à fait vrai car on observe de plus en plus que le manque d’argent « réel » est un problème qui touche les personnes qui ont peur d’en manquer. Sans doute parce qu’elles ont de réelles raisons d’avoir peur. Mais est ce que cette peur ne provoque pas non plus leur situation actuelle ?

Pour se sortir de cet engrenage, il peut être utile d’en parler. Sans forcément aller voir un psychologue, il est conseillé de discuter avec une amie ou un membre de sa famille. Sur un plan plus comportemental, on peut commencer par se faire de petits plaisirs -une place de cinéma, ou un bon livre une fois par semaine.

L’ argent, une obsession ? En vouloir toujours plus même si on en a pas besoin, avoir peur de le dépenser ou encore, vouloir en dépenser le moins possible alors qu’on en a les moyens, l’argent devient très souvent obsessionnel.

 L’argent est un formidable bulletin de vote, bien plus puissant que le bulletin que vous déposez parfois dans une urne. En effet, chaque jour, en dépensant votre argent vous donnez une couleur à la société que vous avez envie de construire.

Par exemple, en achetant du bio, vous permettez à des producteurs d’en vivre et cela a d’autres impacts que des aliments produits avec des pesticides. Si vous achetez local ou des produits fabriqués par des entreprises dont vous partagez les valeurs, cela a des conséquences différentes que si vous achetez des produits provenant d’autres continents ou fabriqués par des entreprises dont les valeurs ne sont pas les vôtres.

Et si vous avez plus d’argent que nécessaire, les financements participatifs permettent de soutenir les porteurs de projets en recherche de fonds sous forme de prêts ou de dons. Voilà une autre merveilleuse manière d’influencer le monde de demain.

Publié dans consommer, c'est voter

L’immigration vue par l’INSEE

Tous les chiffres que je vais donner ont pour source, non pas un journaliste mais l’INSEE ( Institut National de la Statistique et des études économiques). Il est important de le préciser. Je vous invite à consulter régulièrement leurs résultats ICI

En 2019, 6,7 millions d’immigrés vivent en France, soit 9,9 % de la population totale. 2,5 millions d’immigrés, soit 37 % d’entre eux, ont acquis la nationalité française.

La population étrangère vivant en France s’élève à 4,9 millions de personnes, soit 7,4 % de la population totale. Elle se compose de 4,2 millions d’immigrés n’ayant pas acquis la nationalité française et de 0,7 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

1,7 million de personnes sont nées de nationalité française à l’étranger. Avec les personnes immigrées (6,7 millions), au total, 8,4 millions de personnes vivant en France sont nées à l’étranger, soit 12,6 % de la population.

En 2019, 46,5 % des immigrés vivant en France sont nés en Afrique. 33,3 % sont nés en Europe. Les pays de naissance les plus fréquents des immigrés sont l’Algérie (12,6 %), le Maroc (12 %), le Portugal (9 %), la Tunisie (4,5 %), l’Italie (4,3 %), la Turquie (3,7 %) et l’Espagne (3,6 %). La moitié des immigrés sont originaires d’un de ces sept pays (49,7 %).

Selon l’INSEE, la France continue d’accueillir des immigrés, mais de 2006 à 2013 ils sont également de plus en plus nombreux à quitter l’Hexagone. Et si globalement la part de la population immigrée augmente, c’est de façon modérée. Des faits qui contredisent les thèses extrémistes selon lesquelles la France subirait une « invasion ». France Culture

Distinguons les demandeurs d’asile des réfugiés

Un demandeur d’asile est un migrant qui a entreprit les démarches de demande d’asile auprès de l’OFPRA (l’Office français de protection des réfugiés et apatrides). Découvrez ICI les démarches à effectuer sur le site du ministère.

Un réfugié est une personne qui, en cas de retour dans son pays, craint « avec raison d’être persécuté du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe ou de ses opinions politiques ». Ce statut de réfugié est obtenu après une demande d’asile et bénéficie à ce titre des mêmes droits que les citoyens français ou les autres étrangers vivant en situation régulière en France.

Les Aides , un Fantasme ?

Pendant toute la durée de la procédure de demande d’asile, la personne bénéficie de 11.35€/jour si elle ne peut pas être hébérgée.

Si le statut est accordé et à partir du moment où la personne peut avoir une place dans un hébergement il bénéficie, en fonction de la composition de la famille, d’une aide entre 91€ et 718€/mois le temps de trouver d’autres ressources au moins égal à ce minima.

Pendant toutes ces procédures, la personne peut être soignée en cas de besoin, seulement par le biais d’une association ou d’ un hôpital « agrée » PASS.

Un mois après l’obtention du statut de réfugié, la personne doit prouver qu’elle vit en France légalement et à ce moment-là, elle bénéficie de la CMU (prise en charge des médicaments et d’une éventuelle hospitalisation). Bien évidemment, on ne leur souhaite pas de tomber malade tous les 15 jours 😉

Si le demandeur d’asile a un membre de sa famille dans un autre pays de l’UE, alors ce n’est pas la France qui traite son dossier et il lui est impossible de bénéficier de la CMU. Dans ce cas, c’est l’ AME qui prend en charge seulement les soins médicaux.

Dans tous les cas, un demandeur d’asile ne peut bénéficier de l’allocation logement, familiale ou RSA.

Le RSA n’est proposé que si une personne est en situation régulière depuis au moins 5ans en France. On rappelle que cette aide est de 570€.

Notre pays est classé 4ème des pays dans lesquels, les gens contraints de quitter leur pays, souhaitent se rendre, derrière l’Allemagne, la Suède et le Danemark.

Ces réfugiés (les Syriens) sont pour la plupart éduqués, formés et ils veulent s’installer et travailler. Là encore, la Suède et l’Allemagne sont plus attractives que la France » Florence TRINTIGNAC

En 2019, Charlie Hebdo disait : « L’immigration c’est un peu comme le code du travail. Un truc qu’on triture à volonté, qu’on accuse de tous les maux, dont on veut chambouler les règles et qui sert de dérivatif quand la politique économique ne donne pas les résultats escomptés. » En simplifié, c’est l’effet diversion ! C’est comme cela, que le trafic de drogue ou le port du voile sont des sujets qui reviennent à la moindre  » affaire », loi impopulaire en cours de vote ou lors d’ une élection.

Et les réfugiés Climatiques ?

Les régions du monde à proximité de l’équateur sont les premières concernées par les problèmes de sécheresse. L’Amérique Latine, l’Asie du Sud et l’Afrique Saharienne sont les plus touchées.

Les pays-Bas, dont 60% de la population vit sous le niveau de la mer, des îles Allemandes et toutes les régions à proximité du Danube sont touchés par la montée des eaux.

Et mêmes si les pays développés peuvent gagner du temps, ils seront rapidement rattrapés par les conséquences de ce désastre annoncé.

La médiatisation croissante a généré une première incompréhension en donnant l’impression que c’était un phénomène nouveau. Pourtant, la migration liée à des facteurs environnementaux a toujours existé et a même façonné l’occupation de la planète par les Hommes. Toute la mobilité humaine depuis l’apparition de l’Homme sur la planète est liée à des facteurs environnementaux. On peut citer le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, les famines en Irlande et en Angleterre qui ont conduit les populations à migrer vers les États-Unis, ou encore le Dust Bowl aux États-Unis dans les années 1930. Alice BAILLAT

Parfois je me dis que l’on s’est tellement embourgeoisé et que l’on a tellement peur de perdre le peu qu’on a, que l’on est même plus capable de voir et d’accepter qu’il y a une réelle misère.

Et pourtant, nous avons largement notre part de responsabilité. Notre façon de consommer est destructive pour tout le monde. Nous fermons les yeux sur les enfants qui travaillent ou les adultes exploités, alors que nous courrons après l’argent et que nous avons tendance à faire toujours le maximum pour nos enfants.

Tant que l’on peut aller acheter nos capsules de café dans le grand magasin d’un gigantesque centre commercial, nous ne sommes touchés par RIEN.

Quand allons-nous devenir Raisonnable, Responsable ? Quand allons-nous comprendre qu’ on ne peut pas tout acheter « moins cher » sans accepter un peu de la misère qui en résulte ? Tout ce que l’on a refusé de payer s’imposera à nous forcément à un moment donné.

Néanmoins, je me réjouis de voir au fil des années, de plus en plus de gens qui s’intéressent et acceptent d’en parler. J’en vois même qui réalisent le malaise, font leur mea-culpa et mettent en place des plans afin de modifier leur habitudes ou encore de faire évoluer leur façon de pensée. En fonction de nos moyens financiers et du temps que nous avons, nous pouvons chaque jour faire ou penser différemment.

En attendant, pour le gouvernement fraîchement condamné par la justice, pour non action face aux problèmes écologiques, la prise de conscience est là… mais pour l’heure, on en reste encore aux déclarations d’intention.

Publié dans consommer, c'est voter

Mesdames protégez-vous

Un Article pour les femmes qui concerne aussi, les Hommes 🙂

Toutes les 4 semaines en moyenne, un ovaire produit un ovule. La surface interne de l’utérus ( l’endomètre) se développe et devient un tissu très riche en vaisseaux sanguins, dans l’éventualité de l’arrivée d’un embryon. A la fin du cycle, si l’ovule n’est pas fécondé par un spermatozoïde, ce tissu devient inutile et, est rejeté par le corps. D’où l’écoulement de sang appelé LES REGLES ou MENSTRUATIONS.

Les protections sont nées à partir de 1800. Avant, les femmes souvent, travaillant au champ, laissaient couler le sang et rinçaient leurs jambes ( avant la création des sous-vêtements).

Selon les cultures, les femmes enroulaient du tissu autour de bâtons de bois, utilisaient du papyrus, de la laine, des éponges de mer ou encore de l’herbe.

La serviette hygiénique, telle qu’on la connait, apparaît en 1960 et depuis, ne cesse d’évoluer.

Aujourd’hui, les femmes souhaitant trouver une solution plus écologique et meilleure pour leur santé, se tournent vers les serviettes lavables.

Zéro Déchet, sans Pesticides et autres substances toxiques, les Cups ou les serviettes lavables sont présentes un peu partout maintenant.

De mon expérience, depuis 6ans maintenant, je vais vous présenter une petite entreprise normande.

Dans ma culotte.com, ce sont Marie et Noëlle ! L’une ingénieure en informatique et l’autre graphiste. En 2015, c’est la fusion des deux talents.

A cette époque, nous pouvions aller chercher nos commandes rue mélingue à Caen, mais le projet est ambitieux et un entrepôt plus adapté à l’activité ne tarde pas à modifier la logistique de la société.

Faire du bien avec des produits sains, lutter contre la précarité menstruelle ou encore proposer un produit plus respectueux de l’environnement, les deux femmes s’engagent.

Nous avons distribué plus de 20.000 protections périodiques lavables auprès de 20 universités et associations étudiantes. Nous avons aussi fait don de 5000 protections lavables à des associations qui les distribuent à des femmes sans abris ou en situation de précarité menstruelle.

Reportage dans la culotte de Léa, Louise, Safia, Jules et Inès ICI

Aujourd’hui, dans ma culotte.com emploie 19 personnes à CAEN et travaille avec 250 partenaires.

Présentes sur Instagram, Facebook et Linkedin, l’équipe tient également un Blog délicieux.

Publié dans consommer, c'est voter

Le Slip Français

Je vous présente une marque que j’affectionne tout particulièrement. Depuis « presque » le début de leur aventure, j’ai testé les boxers phare, les chaussettes, les chaussons, les collants et les sous-vêtements féminins. Après en avoir offert deux à mon mari, je me suis offert récemment un bas de pyjama et un bonnet en laine. Après 7ans, tout est toujours là, en parfaite santé ! Alors je vous présente LE SLIP FRANCAIS !

« En 1956, la France s’habillait toute seule »

En 2011, Guillaume GIBAULT créée Le Slip Français et devient le premier entrepreneur a relancer l’industrie du textile en France.

Du fil au produit fini, toutes les étapes de fabrication sont assurées en France (teinture, tissage, tricotage, découpe, confection et distribution).
Les boîtes (dans lesquelles nous recevons les produits) sont en carton recyclé et recyclable certifié FSC. Tous les accessoires, la cocarde et les étiquettes sont également fabriqués dans les régions de notre pays.

Guillaume GIBAULT, vous raconte son histoire.

Le prix juste c’est quoi ? c’est un prix de vente qui est calculé en tenant compte du respect de l’être humain et de l’environnement. Combien ça coûte de rémunérer les gens au juste prix ? combien ça coûte de rémunérer les producteurs au juste prix ? Combien ça coûte de proposer un produit durable et respectueux de la peau ?

J’ai contacté Le Slip Français et la charmante Agathe, m’a confié le GIF diffusé sur leur page officielle LINKEDIN, qui explique en toute transparence, « leur » prix du « slip Star » de la marque.

On lit en commençant par le haut 🙂

le MADE IN FRANCE : de la recherche de la matière au coût final, en passant par la logistique, vous saurez tout 🙂

« Le changement de Slip c’est maintenant »

Avec « J’y vais mais j’ai peur », Guillaume GIBAULT conseille et parle de l’entreprenariat d’aujourd’hui au fur et à mesure que les épisodes défilent

LA LIVRAISON

Elle est offerte à partir de 50€ d’achat. Les commandes sont envoyées soigneusement dans les 48H. Non vraiment, il n’y a rien à dire !

L’équipe est disponible auprès des clients pour n’importe quelle question, tout le temps.

ET AUJOURD’ HUI

Le Slip Français travaille avec 29 ateliers dont nombreux sont classés « Entreprise du patrimoine vivant » et s’est associé avec 1083 ( le Jean Français) pour créer de nouvelles matières éco-conçues. C’est, ensemble, qu’ils ont lancé « Bouge ton pompon » au profit du Téléthon. Un bout de collection en partenariat avec ST JAMES a également vu le jour.

En 2020, le SLIP FRANCAIS devient « entreprise à mission ». Guillaume GUIBAULT fonde et devient le président de SAVOIR FAIRE ENSEMBLE. 1300 entreprises françaises qui ENSEMBLE, fabriqueront des masques de protection, des blouses et autres produits textiles nécessaires à la population en temps de crises. Le rayon enfant est également présenté pour la première fois cette année.

Fabriquer avec bon sens, en valorisant les emplois et les produits, en prenant soin de ceux qui nous entourent, et ce qui nous entoure.

Je ne sais pas si le budget alloué aux équipes confection et fabrication permettent de rémunérer le personnel au-delà du salaire minimum, mais une chose est certaine c’est que, grâce à leur créateurs, les produits sont d’excellente qualité et que cela mérite d’être soutenu.

Vous pouvez suivre leurs Actualités sur leurs réseaux sociaux ( linkedin, facebook, twitter) et aller vous balader sur leur site officiel dynamique, riche d’histoire et très complet.

Publié dans consommer, c'est voter

Synchronisation des montres !

La Terre met un jour soit environ 86400 secondes, pour faire un tour sur elle même.

En fonction du mouvement des océans, de l’atmosphère, de l’attraction de la Lune dont la distance varie, ou encore l’impact du noyau interne, quelques millisecondes peuvent s’ajouter ou s’enlever.

Ces perturbations ne sont pas prises en compte par nos nombreuses horloges atomiques qui donnent notre temps de référence: L’ UTC, utilisé sur l’ensemble du globe. (temps universel coordonnée)

Le temps universel : L’ UT est la mesure du temps basée sur la rotation de la Terre

Lorsqu’il y a plus de 0.9 secondes entre les deux temps, on ajoute ou enlève une seconde intercalaire. Depuis 1972, 27 secondes ont été rajoutées du fait du ralentissement de la Terre. C’est en 2016 qu’au 31 décembre, nous avons pu voir un « 1heure, 59 minutes et 60 secondes » lorsque la seconde a été ajoutée.

Pour nous, cela ne change pas grand chose en vérité, mais ce n’est pas le cas dans tous les domaines.

Quelle conséquence sur les marchés financiers ?

Une seconde c’est 1.4 millions de messages envoyés aux marchés financiers américains, 4.6 millions d’actions négociées dans le monde, et le transfert de 3.7 milliards d’actions à l’ouverture des marchés coréens, japonais et australiens, d’après le site d’information Bloomberg…

10% des réseaux informatiques à grande échelle rencontrent des problèmes suite à cette seconde.

En 2020, notre planète a accéléré sa rotation, et les études prédisent la même chose en 2021. Pas de seconde à ajouter cette fois-ci mais peut-être une à enlever prochainement.

A croire, que notre Terre a autant hâte que nous, de voir l’ère « coronavirus » disparaître 😉

Publié dans consommer, c'est voter

La Saint Valentin

Grande fête des amoureux pour certains, fête commerciale pour d’autres, la Saint Valentin, n’est pas un jour comme les autres.

Un peu d’Histoire…. L’origine de ce jour remonte certainement à l’antiquité romaine avec une tradition célébrée les 13, 14 et 15 février mais pour retrouver une trace concrète de cette date, il faut aller faire un tour en Grande Bretagne au XIVème siècle. Catholique, le peuple anglais était convaincu que les oiseaux choisissaient le 14 février pour s’accoupler. Le chevalier poète Otho de Grandson s’appuiera sur la tradition pour lancer la mode des mots doux adressés à sa bien-aimée le 14 février, ce qui sera ensuite adopté en France. Dès le XIXe siècle, la Saint Valentin prendra une ampleur mondiale et deviendra le phénomène commercial que l’on connait aujourd’hui.

Aujourd’hui, dans la plupart des pays, nous pouvons remarquer que ce jour est sensiblement, fêté de la même manière.

Une idée originale, un peu plus vraie ? Et si on offrait un souvenir plutôt que du matériel ?

Surprenez votre Amoureux ou votre amoureuse avec une séance photo à la fois originale et aussi vraie que votre histoire. Un photobooth ! A la maison ou dans un endroit insolite, grâce au retardateur de votre appareil ou un photographe, offrez une séance photo intime inédite. Il n’y a plus qu’ à faire appel à votre esprit créatif pour le décor 🙂

Indices, Enigmes, créez votre Escape Game pour votre Valentin ou Valentine. 1H de jeu pour trouver l’ultime récompense dans une ambiance intime. Vous cherchez une offre personnalisée à domicile? Le Flamant Vert vous propose des scénarios « clé en main ». Ecrivez-nous via la page « Contact ».

Et pourquoi pas offrir une jolie nuit d’amour ? Dans vos draps, lit décoré, accessoires en tout genre ou simple nuit dans un hôtel romantique, faîtes-vous livrer des sushis et c’est parti pour une nuit de folie.

Une lettre manuscrite d’Antan avec vos mots, votre désir pour l’autre. Lue par vous ou l’être aimé, c’est le moment de vous laisser aller à une rétrospective émouvante de votre Histoire d’ Amour, laissant passer des mots que vous n’auriez peut-être pas oser livrer au quotidien. Solange est à votre disposition ICI.

Un jeu de cartes customisé avec des questions coquines ou pas, Enigmes et Défis en tout genre.

Offrez une danse langoureuse au milieu de votre salon sur une grande chanson d’amour ou encore proposez un Karaoké-Apéro sur les plus grands standards LOVE, grâce au large rayon de Youtube.

Bon, après si rien de tout cela vous convient, la rose et/ou le cœur en chocolat, ca le fait aussi 😉

Et les célibataires ? …. Au Etats-Unis, le 14 février est tout autant la fête de l’amour que la fête de l’amitié. Les enfants offrent également des cartes avec des cœurs à ceux qu’ils apprécient. Nous pouvons prendre exemple sur cette idée séduisante. C’est donc le moment d’échanger des cartes et des mots doux avec vos enfants si vous en avez. Virée entre filles, entre mecs, entre potes. Organisez une soirée décalée et pas glamour, comme un thème rouge, pizza, jeux vidéos, pop corn, Spice Girls, Disney ou bonbons. De nombreuses soirées s’organisent ce soir-là. Si vous vivez dans une ville organisatrice, vous n’aurez plus aucune excuse à rester seule chez vous.

Pour les célibataires tenant à rester seuls, acheter un spectacle d’humoriste en digital sur leurs sites directs est une idée bien sympathique pour quelques heures de rires. Redécouvrir le Canevas, lire un livre « dont vous êtes le héros, commander un Escape Game à imprimer, participer à des tchats sur des sujets qui passionnent. Faîtes vos Tawashis ou encore, lancez-vous le défi d’aller vous promener sur des forums de sujets non maîtrisés afin de découvrir un nouvel univers. Qui sait, des personnes intéressantes s’y cachent sûrement 🙂

Publié dans consommer, c'est voter

D’où vient le besoin de croire ?

Depuis quelques années, des chercheurs ont entrepris d’aller fouiller dans nos cerveaux pour y déceler des mécanismes mentaux qui pousseraient à croire à l’existence des dieux. (source sciences humaines)

Je me suis intéressée au résultat psychologique et vous le partage.

Les croyances religieuses s’expliqueraient comme le sous-produit d’un mécanisme mental courant. 

Quand il nous arrive malheur (une maladie, un échec), ce mécanisme causal nous fait attribuer ce qui nous arrive à une volonté extérieure. Ce serait aussi une tendance spontanée que de se tourner vers cette cause invisible pour lui demander de l’aide ou de demander pardon lorsque l’on souffre.

A la cause naturelle, on superpose une cause surnaturelle.

 Sur ce point, la psychologie évolutionniste rejoint une hypothèse avancée par Sigmund Freud. Dans L’Avenir d’une illusion, l’inventeur de la psychanalyse ramène le besoin de croire à une régression psychologique de l’adulte vers les émotions de l’enfance.

La soumission des hommes vis-à-vis de Dieu est comparable à l’attitude du petit enfant vis-à-vis de ses parents.  Face aux épreuves de la vie, il se sent démuni et en appelle à une figure paternelle idéale, censée lui apporter soutien et affection.

La neurothéologie ou la psychologie évolutionniste prennent le relais d’une longue suite d’hypothèses sur le « besoin de croire ».

A partir du xixe siècle, on a expliqué les croyances tour à tour par l’émerveillement ou la crainte des hommes devant les puissances de la nature, par l’angoisse face à la mort, l’espoir en un monde meilleur, la consolation par rapport aux souffrances de la vie.

Le psychologue américain William James s’appuie sur de nombreux témoignages de croyants pour montrer que le rapport à Dieu n’est pas le même pour tous.

 Le mystique, en quête d’absolu, noue une relation avec le sacré qui n’est pas la même que celle de celui qui recherche un réconfort moral, ou encore de celui qui est en demande de valeurs et de modèles de conduite.

Les religions aujourd’hui

On retrouve dans les religions d’aujourd’hui tout un spectre d’attitudes.

Les « religions de guérison » – de l’évangélisme au Bwiti – connaissent aujourd’hui un fort regain.

Dans les prisons, la conversion à l’islam apporte un cadre moral à des individus à la dérive.

Le bouddhisme occidental offre un schéma de pensée et de médiation pour nombre d’individus en quête d’épanouissement personnel.

 Pour d’autres encore, la religion permet de nouer des liens avec une communauté : c’est aussi l’une des raisons du succès des cultes charismatiques contemporains.

D’autres enfin adhèrent à un prophétisme politico-religieux en mettant leurs espoirs dans le changement de la société.

C’est peut-être l’une des recettes principale de ce succès : la force d’attraction ne se réduit pas à un insaisissable « sentiment religieux », mais s’étend à toute une gamme d’émotions et de représentations mentales capables de capter de nombreux esprits aux attentes diverses.

Et si le représentant paternel et idéal dont l’Humain a besoin pour maintenir le cap, était … nous-même ?

Nous pouvons croire en la vie, en l’amour que l’on reçoit et que l’on porte et/ou nous faire confiance.

Réfléchir, partager de l’amour, savoir demander de l’aide, rester positif et se faire confiance sont les ingrédients d’un cocktail parfait pour toujours se sortir de n’importe quelle situation, dans le respect de nos désirs, nos convictions, notre entourage, notre environnement et nous-même.

Publié dans consommer, c'est voter

Cher(e)s ami(e)s je vous livre le résultat d’une petite réflexion. C’est un peu plus long que d’habitude mais en ce moment on a le temps de lire, non? Je vous embrasse fort, toutes et tous. Grégori BAQUET ( temps de lecture : 10 min )

L’art de la complexité et l’importance de la philosophie

Ou

J’suis curieux, y a qu’ça d’vrai

Diviser pour mieux régner.

Pourquoi cette maxime est-elle toujours d’actualité?

Plus que jamais d’ailleurs.

Longue est la liste de raisons qui peuvent nous pousser à haïr. La différence, la jalousie, l’ignorance, la peur en somme. Et cela depuis que l’homme à décider de s’installer dans un endroit et de le revendiquer comme étant son endroit.

Depuis que je suis en âge de comprendre ce qui se passe sur cette planète et surtout depuis que j’ai appris à décrypter et à ne jamais croire ce que l’on me raconte sans en avoir préalablement vérifié les fondements, même si cela est de plus en plus dur, je m’aperçois que nous sommes dirigés, gérés, entourés, gouvernés, guidés, présidés par des menteurs, manipulateurs, hypocrites, charlatans, imposteurs…

Bon. J’arrête là et je ferme mon dictionnaire des synonymes.

Mais enfin, nous en sommes là.

2020. Enfermés chez nous. Dans de plus ou moins bonnes conditions. Avec la seule occupation qui nous est permise, gratuitement, réfléchir.

Alors je réfléchis à ce monde binaire qu’on nous à donné à manger depuis bien longtemps. Bien avant que je naisse. Le monde du bien et du mal. Le monde de celui qui est d’accord ou celui qui ne l’est pas. Le monde de celui qui est heureux face au malheureux. Le riche et le pauvre. La belle et la bête.

Or notre existence est bien loin de pouvoir s’épanouir avec pareille simplicité. Non, le système binaire est celui de l’ordinateur, pas celui de l’être humain.

…000101010001…

Leibniz, son inventeur vers 1700 a créé une véritable machine à calculer. Il développait un projet de caractérisation universelle qui préfigurait la théorie des systèmes formels. Allan Turing s’est servi de ses travaux pour créer sa fameuse machine. Il fut le premier à comprendre l’importance de la numérotation binaire pour le calcul automatique. Ceux-là même qu’utilisent nos chers « Traders » pour jouer avec l’économie mondiale. Voilà. La pensée binaire est une invention extraordinaire pour tout travaux d’algèbre, de géométrie .

L’invention de Leibniz sert à peser toutes sortes de masses avec peu de poids et peut servir dans les monnaies pour donner plusieurs valeurs avec peu de pièces. Une invention incroyable, donc.

Mais lorsqu’un esprit humain se met à devenir binaire, il se met donc forcement à raisonner comme un ordinateur. Sans empathie, ni compassion. Ce qui fait pourtant de nous des êtres humains. Et depuis de nombreuses années, les dirigeants, présidents, directeurs de grandes compagnies, dirigeants des cultes et de tout ce qui peut rapporter beaucoup d’argent ont compris cette manière de pensée et d’agir.

Combien de fois avons nous entendu, soit dans un film, soit lu dans un livre, à la télévision aux infos, ou même dans son entourage, dire: « Soit tu es avec moi, soit tu es contre moi. »? Un peu radical, ne trouvez vous pas?

Vous me direz que ça n’est pas tout à fait vrai car, bien souvent maintenant, que ce soit pour un sondage, une élection, un devoir de math, le permis de conduire, j’en passe et des meilleurs, on peut nous proposer de répondre à un QCM , le fameux questionnaire à choix multiples.

Mais n’est-ce pas exactement les dérives d’un système binaire? Très bien, nous avons plusieurs choix, 4 généralement. Mais 4 n’est que l’extension de la binarité. Heureusement il existe souvent, mais pas de façon systématique, une case à cocher qui ouvre de possibles nouvelles perspectives. La case « Autre », encore trop rarement suivie de « Précisez ». Je coche généralement toujours ces deux cases-là lorsque je les ai sur mon chemin. Je peux alors expliquer quelle est ma vision des choses. Ma réelle vision personnelle, à propos de tel ou tel problème, puisqu’on me l’a demandé. Encore faut il avoir l’envie, les connaissances et le temps de se pencher sur ce que l’on veut vraiment, sur les moyens d’y arriver et sur d’éventuelles idées nouvelles à apporter au sujet. Ce sont des problèmes de riches, il est vrai. Je me suis déjà entendu répondre à ce genre de réflexion, « bah toi tu as le temps, tu es un artiste ». Soit tu l’es et tu as le temps de gaspiller ton temps, soit tu ne l’es pas et tu as d’autres chats à fouetter. Formidable, non?

De même lorsque vous répondez à une enquête de satisfaction. Cela nous est tous arrivé au moins une fois. Généralement nous ne recommençons que rarement l’expérience, persuadé assez vite que notre opinion ne change en rien la qualité d’un service. Même si vous argumentez, à l’aide de la case « précisez », au final, l’intelligence artificielle qui va décrypter votre réclamation, ne la prendra pas en compte.

La nuance n’est pas l’apanage de la binarité, comme vous pouvez le comprendre aisément.

Voilà pourquoi ceux qui ont les clefs du pouvoir pour modeler ce monde à leur fantaisie, ont voulu créer un monde binaire. Simple à utiliser, car n’importe quel idiot du village peut réponde à oui ou non. Avoir raison ou se tromper est la conséquence ultime de cette pensée binaire. Il est beaucoup plus compliqué d’avancer rapidement lorsqu’on a la possibilité d’avoir raison ET tort à la fois. Et bien oui, ce qui fait la beauté de notre espèce, c’est notre cerveau. Il nous sert à réfléchir. Il nous aide à nous éloigner de la simplicité idiote pour nous rapprocher de la simplicité intelligente. C’est aussi simple à mettre en place, et surtout simple pour en tirer des résultats, des conséquences rapides et efficaces.

Je me permets une petite parenthèse sur cette notion de simplicité idiote ou intelligente, j’aurais plutôt dû écrire destructrice ou constructive. « Bienheureux les simples d’esprits », « les premiers seront les derniers », ne veut pas dire qu’être idiot, inculte, indifférent ou ignorant vous garanti une place au paradis. Mais c’est ce qu’on veut nous faire croire, sans même que nous nous en rendions compte.

C’est pourtant tout le contraire. Ce qui nous garantit notre place au paradis, et j’entends par là, le paradis que nous avons déjà la chance d’habiter, je veux parler de notre corps d’humain ainsi que de notre planète. Notre place de ce paradis-là est garantie lorsque nous prenons la peine justement, de réfléchir. D’approfondir nos connaissances, de chercher, d’être curieux, sans fin. Et de nos jours, nous avons à notre disposition une quantité incroyable d’outils pour aider à cette quête du savoir. Si on le veut, on peut passer des jours à ingurgiter de la connaissance. Internet, est un puit de savoir sans fond.

Bon, il est vrai qu’internet, qui est l’une des mines principales du savoir commun, est accessible via, notre ordinateur. Alors attention. Attention au « Savoir Binaire ». Et oui, très vite une info peut être chassée par une autre. Son exact contraire généralement. Et nous revoilà reparti dans la simplicité idiote. Est-ce vrai, ou non? Vas-tu croire ce que tu lis ou pas? Vas tu ouvrir un nouvel onglet de recherche ou vas tu aller dormir enfin? De plus, cette attitude peut nous mener rapidement à déprimer, à nous apitoyer sur notre sort tant est grande la quantité de mauvaises nouvelles que nous pouvons croiser lors de nos recherches, mais…

C’est là que la philosophie entre en jeu.

La philosophie, un mot qui fait peur. Et pourtant, il n’y a rien de plus simple. Pas binaire, simple. La philosophie, c’est littéralement, « l’amour de la sagesse », « l’amour du savoir ». « La philosophie a pour vocation de rendre plus lucide, plus libre, plus intelligent peut-être, mais cela ne garantit pas, à la fin, qu’on soit plus heureux. Il ne s’agit pas de penser ce qui nous fait du bien, mais de penser ce qui nous paraît vrai.

À charge pour nous de transformer cette vérité en bonheur. » dit André Comte Sponville. Dans la pratique, être philosophe est de savoir, et continuer d’être heureux malgré tout. Forcément cela demande d’être aidé d’autres outils que sont la résilience, le pardon, l’acceptation… L’amour, tout simplement. Car un être humain (ou une situation) est la somme de toutes ces délicatesses, de toutes ces complexités. Le corps d’un être vivant est formé d’un réseau compliqué de nerfs, de veines, de muscles, d’os, de circulation électrique et autres liquides, et nous arrivons à nous en servir tout simplement et facilement. Ce n’est pourtant pas une entité simple.

« La conscience fait de nous des lâches » dit Hamlet, il a raison, mais justement, à nous d’y remédier.

Et pour se faire, il faut bannir la pensée binaire. Nos états veulent que nous prenions parti lors d’élections qui se termine toujours par oui ou non. Notre système éducatif veut que nous choisissions entre littéraire ou math, entre le système secondaire ou la vie active. Walt Disney nous à martelé le crâne en nous demandant de choisir entre le gentil ou le méchant, la princesse ou la sorcière. Notre vie est jalonnée de ces choix, en permanence. Et ceux qui ne savent, ne peuvent ou ne veulent pas y répondre sont exclus d’un sytème ou finalement le seul choix possible est: « Veux-tu exister dans ce système, ou disparaître? »

Tous le monde voudrait continuer d’exister, mais tout le monde n’a pas forcément envie d’adhérer à un système quelconque, surtout s’il est unique. Alors pour accélérer le mouvement, nos élites ont encore divisés le choix binaire en sous-groupe. Car même ceux qui veulent s’extraire du système ne peuvent malheureusement s’extraire totalement du choix binaire. Tu as un compte en banque ou tu ne peux pas utiliser l’argent que tu gagnes en travaillant. Tu as une maison à toi ou tu es un sdf. Tu diriges ou tu es dirigé. Tu tues ou tu es tué. Tu es heureux ou malheureux. Et si tu es malheureux, est ce que cela peut te rendre heureux ou malheureux. Choix infinis.

C’est ça, le monde idéal pour lequel nous disons OUI, tous les cinq ans. Et au final, qui réellement est heureux de vivre dans cette histoire? Personne. Même pas ceux qui ont imaginé ce scénario.

Alors à bas la simplicité, et vive la complexité. À bas la simplification perpétuelle qu’on nous assène en permanence. Les journalistes qui, en direct sur les plateau télé, disent à un expert, « simplifiez s.v.p. pour que tous le monde comprenne ».

Non !

Expliquez les choses. Prenez le temps de dérouler tous les arguments, toutes les possibilités, les tenants et aboutissants. Soyons complexes pour être simples. Utilisons les mots justes et tout le monde comprendra.

Car voici venir le cheval de bataille, l’arme absolue, l’exterminateur ultime, pour ce qui est d’abrutir les masses et de réduire la pensée à un choix basique:

La destruction de la langue.

Il y aurait tout un livre à écrire sur la manière dont on détricote sans arrêt notre façon de parler, d’écrire et du coup, de nous exprimer. Ma génération sait encore tenir un stylo et écrire en restant lisible des autres. Nous avions déjà troqué notre stylo contre le clavier d’un «traitement de texte» , qui n’est pas sans nous rappeler les machines à écrire qu’utilisaient les auteurs dont nous sommes fans. La génération de mon fils écrit déjà avec beaucoup plus de difficulté et à du mal à lire une écriture manuscrite, et se sert assez peu des ordinateurs pour écrire. Mais celle née après l’an 2000, non seulement n’écrit plus, mais ne cherche même plus à taper sur un clavier d’ordinateur. Ils parlent, à une entité numérique, et cette entité tache de le retranscrire avec des lettres. Adieu la grammaire, adieu l’orthographe et surtout enterré le vocabulaire, les mots, les adjectifs, les adverbes, tout ce qui fait de notre langue, et celles des autres pays, une boite à outils d’un richesse incroyable et qui nous permet de nommer, nos sensations et nos émotions, avec une grande précision. Et que dire des publicités abêtissantes, qui nous parlent comme à des demeurés ou à des bébés et cela, quelque soit le produit ou l’âge de la cible. Assurances, lessives, jouets, pompes funèbres, pâtes « des gno gno des ki ki, des gnocchis » …

Tout est bon pour appauvrir la langue, simplifier notre vocabulaire et nous ramener au niveau zéro de la pensée humaine. Car après il est plus simple de décider à la place de ceux qui ne comprennent plus rien. Quand tu ne connais plus que OUI et NON pour t’exprimer, le premier patron, chef d’entreprise ou homme politique qui vous lâchera un « peut être » fera naître en vous un abime de doute, d’incompréhension et vous plongera dans la terreur. Alors, il pourra joyeusement vous dire, « ne vous inquiétez pas, je vais résoudre ce problème à votre place, si vous votez pour moi. »

Et voilà comment nous scions nous-même la branche sur laquelle nous essayons de nous asseoir. Voilà comment depuis plus de 50 ans, on appauvri la langue française et que les jeunes des quartiers défavorisés, n’arrivent même plus à exprimer les souffrances autrement que par la violence. Voilà comment on se retrouve avec des partis politiques extrémistes qui vous promettent de vous protéger de votre peur. Alors que peur, il n’y a aucune raison d’avoir. Voilà comment on se retrouve avec des hommes politiques qui gèrent tout à notre place, sans que nous n’ayons notre mot à dire.

Voilà comment moi, comédien je me retrouve à être un des rouages les plus importants de cette machine implacable d’abrutissement de masse. Voilà pourquoi aujourd’hui j’encourage mes camarades artistes, créateurs, chanteurs, comédiens, producteurs à faire très attention à ce que nous proposons à notre audience. Nous sommes en première ligne pour faire pencher la balance. Depuis de nombreuses années j’ai participé à des feuilletons, des séries, des comédies musicales qui étaient déjà très simplistes. Lorsque j’en parlais avec tel ou tel auteur, réalisateur de mes amis, la réponse était toujours la même. « Bah oui mais si c’est trop compliqué, les gens vont zapper sur l’autre chaine ». Et depuis 30 ans, les créations artistiques sont devenus des produits, et les produits de plus en plus simplistes.

Alors voilà, arrêtons de zapper, faisons que cela ne soit plus possible car il est temps que tous les canaux disponibles pour diffuser de la culture, se préoccupent de le faire avec toute la belle complexité qui peut rendre plus intelligent, tout en divertissant.

« Oyez, Oyez braves gens. Soyez curieux. Sans cesse. Sur tout. Plus vous le serez, plus vous apprendrez. Plus vous aurez de connaissances, moins vous aurez peur. Moins vous aurez peur et plus vous saurez vous prendre en main, réfléchir et décider de ce qui est bon pour vous et pour le bien collectif. »

Ayez confiance mes amis, et n’ayons plus peur, car comme le disait Alfred Capus, « tout s’arrange, même mal. »

Grégori Baquet

Publié dans consommer, c'est voter

JUNEO, le lait infantile

JUNÉO, c’est l’histoire d’Emilie et Antoine, revenus du Québec il y a 6 ans pour reprendre l’entreprise familiale aux valeurs écologiques fortes, créée en 2007 par les parents d’Emilie. Depuis le début, l’une des activités principales de l’entreprise est la distribution de lait infantile bio, uniquement en magasins BIO spécialisés. Forts de cette expérience, ils décident en 2019 de créer leur propre marque de laits infantiles bio : JUNÉO.

Emilie et Antoine n’avaient qu’une envie : s’impliquer dans la fabrication, maîtriser la composition des produits et créer leurs propres recettes ! En 2019, ils décident ainsi de créer leur propre marque de laits infantiles bio : Junéo. Pour aller plus loin, ils font le choix d’investir dans une laiterie en Vendée et d’en devenir co-propriétaires.

JUNÉO, c’est avant tout une gamme de laits infantiles – vache, chèvre – et de céréales à complément protéinique – brebis et maintenant riz – correspondant aux valeurs et aux engagements de ce couple de jeunes parents, pour qui l’agriculture biologique est à la fois une conviction et une évidence. D’où leur volonté de distribuer JUNÉO uniquement en magasins spécialisés bio : un modèle de consommation plus respectueux des hommes et de la nature.  

Nous faisons le choix des meilleurs ingrédients en respectant strictement la réglementation européenne. Tous nos laits infantiles possèdent du DHA (oméga 3) et du bifidus . Ils sont sans huile de palme, ni lactosérum et nos emballages sont garantis sans BPA* ni PBS ni phtalate.
Tout au long de leur fabrication, nos produits font l’objet de multiples contrôles et analyses.

Leur Force : Les Abonnements

Choisissez le nombre de boite que vous souhaitez recevoir par mois et faîtes-vous livrer à domicile. Sans engagement, vous aurez l’esprit tranquille et si vous ne savez pas combien de boites faire livrer, l’équipe basée dans le petit village de Manosque a mit en place un système de guide personnalisé sur le site.

Les produits de la gamme JUNEO sont facilement trouvables sur les sites « Bébé au naturel » ou « Greenweez ». En boutique, les petites boites miracles s’achètent chez Naturalia. Si vous vous fournissez via les abonnements directement sur leur site, une remise vous sera offerte.

Publié dans consommer, c'est voter

MON EXPERIENCE POPEE

En avril, je découvre cette petite entreprise normande grâce à une interview d’Audrey, la fondatrice de la marque et son constat est triste.

  • chaque jour 270 000 arbres sont coupés pour fabriquer des papiers du quotidien à usage unique.
  • Que ces papiers étaient majoritairement fabriqués à partir d’une matière première voyageant en avion depuis l’Amérique latine ou la Scandinavie.
  • Qu’on mettait plein de produits toxiques dans le papier toilette.

En septembre 2019, POPEE est crée. Le papier est breton ou normand, récupéré par un centre de tri normand depuis les corbeilles papiers dans les bureaux de la région. Il est recyclé sans chlore, décolorants ou colorants « pour respecter tous les popotins ». Film recyclable et hygiénique, emballage en carton recyclé, tout y est. Régulièrement l’entreprise partage ses bénéfices avec EMMAUS en offrant des stocks de leurs produits.

Alors concrètement le vrai prix pour du papier toilette respectueux de l’environnement et des êtres humains, c’est combien ?

Ayant deux toilettes à la maison, j’ai fait livrer à chaque fois, deux paquets de 6 rouleaux à 9.90€ chacun. C’est parti pour un en haut et un en bas.

J’ai opté pour l’abonnement mensuel que j’ai vite rééquilibré car on se noyait sous les rouleaux;) J’ai donc fait livrer à mon domicile en avril, mai, juin et … octobre 2020.

4 livraisons de 2 paquets de 6 rouleaux en 7 mois, soit 48 rouleaux pour 67.60€ soit 1.40€ le rouleau.

C’est donc LE VRAI PRIX du papier toilette respectueux de l’environnement de part ce système de circuit court et du recyclage avant/après. Respectueux de l’être humain, grâce au maintien de l’entreprise française, basée hors Ile de France. Je n’ai aucune info sur le sujet mais, il y a plus qu’à espérer que tous les employés de POPEE soient rémunérés et traités avec respect.

Je regrette juste le cœur du rouleau qui est recyclable à l’heure où beaucoup le propose biodégradable.

Mais c’est certain que tant que POPEE vivra, je n’ achèterai plus de papier toilettes dans les grandes enseignes. Plus besoin de le transporter, de le stocker car il y avait une promotion sur le paquet de 72 rouleaux 😉 etc…