Publié dans Les bonnes idées

Stimuler son cerveau en s’amusant

L’avantage des jeux en ligne est que l’on peut jouer n’importe quand, le temps que l’on veut, seul ou en famille. Je vous présente 3 jeux sympas dont vous pourrez abuser ces prochaines semaines.

Bomb Party

Une bombe vous propose une syllabe et vous avez quelques secondes pour taper un mot contenant ces lettres avant qu’elle n’explose. Lorsque vous avez utilisez toutes les lettres du tableau de droite, vous gagnez une vie.

Il est sympathique d’y jouer également en anglais.

Il vous suffit de cliquer ICI pour rejoindre un salon public et de commencer à jouer. Vous voulez jouer en famille ? Vous pouvez créer un salon privé et partager le lien avec vos co-équipiers. Excellent jeu qui fait travailler les reflexes, l’orthographe et la mémoire.

Gartic Phone

Super jeu qui apaise, développe l’imagination et vos qualités de dessinateur. C’est un mélange entre le Pictionnary et le téléphone arabe. C’est ICI

Chaque joueur commence par écrire une phrase, puis chacun la reçoit. Le suivant devra dessiner la phrase, puis le suivant écrire ce qu’il voit etc… Le but est que la dernière phrase se rapproche le plus de la première. Quelques heures de fou rire garanties !

3 Questions à Poto Mat, un streameur qui joue quotidiennement depuis Rambouillet (78), vers 22h :

Comment as-tu découvert ce jeu Mat ? Un des membres du stream m’a proposé d’y jouer un soir. 

C’est apaisant de dessiner le soir?, pourquoi ce créneau ?  je trouve cela super apaisant surtout après les streams « among us » de début de soirée, qui sont très bruyants.

Ce jeu attire t-il les viewers ? Honnêtement au début ca n’intéressait personne que je fasse du Gartic Phone, mais je prenais beaucoup de plaisir à dessiner. Plus le temps a passé, plus j’ai eu envie de continuer à partager ces parties avec les gens.

DésoPasDéso

Cliquez ICI, pour créer ou rejoindre un salon. Ce jeu fait penser au Blanc Manger Coco. Une phrase à trou à compléter selon la liste de propositions. De quoi bien rire ! Un conseil : Ne pas mélanger les générations sur une même partie 😉

Publié dans Les bonnes idées

Hypnotisez-moi !

L’hypnose permet à une personne de développer des dispositions internes et comportements nouveaux. Cette pratique a été créée en psychiatrie car elle permet au patient et au thérapeute, d’atteindre l’inconscient en parasitant les circuits mentaux.

Dans les années 90, l’état hypnotique a été reconnu par les Sciences. En effet les scientifiques ont affirmé que cet état était réeI après l’avoir identifié et caractérisé en imagerie cérébrale.

Pour vous donner une idée de cette sensation, repensez à ce moment durant lequel vous vous êtes senti comme suspendus, hors du temps, à force de contempler des vagues ou encore lorsque vous êtes plongé dans un roman et que vous vous sentez complètement dans l’histoire, que l’instant réel n’existe plus.

L’hypnose est une médecine qui traite le stress, une dépendance, une phobie, une addiction, une obsession, des états de paniques, des troubles de l’affirmation de soi ou de l’alimentation.

Selon le thème à travailler et sa provenance, l’hypnothérapeute commence par traiter la cause grâce à l’EMDR puis la conséquence avec l’hypnose.

L’ EMDR ( Eye Movement Desesitization and Reproccessing, en français « intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ) est très efficace par exemple en cas de stress post-traumatique, de dépression ou d’anorexie car cette méthode fait ressortir l’événement douloureux afin de permettre au patient de s’en libérer. Pour faire sortir le souvenir traumatique, il faut travailler sur les deux hémisphères droite gauche du cerveau. Cette technique fait ressortir également, certains traumatismes par ses mouvements oculaires.

Un choc traumatique (traumatisant) entraîne à long terme anxiété, stress, dépression. Lorsqu’il est connu et remonté en surface, les conséquences de ce traumatismes peuvent être soignées/guéries.

L’EMDR est déconseillée aux personnes instables psychologiquement ou sensibles car cette méthode ne supprime pas le choc. Elle permet juste au cerveau de dissocier l’émotion et le souvenir afin de pouvoir faire face sans difficulté à tout rappel de ce traumatisme.

L’hypnothérapeute obtient son diplôme après une formation d’un an sur les différents types d’hypnoses : l’hypnose suggestive, l’hypnose classique ou l’hypnose Ericksonienne. Ce métier exige des connaissances approfondies en psychologie, en pensée positive, en développement personnel et en psychothérapie. Il contribue au bien-être de la personne sans aucun produit médicamenteux.

Voici un exemple de petites séance d’hypnose à faire au coucher, chez soi. ATTENTION, Ne surtout pas confondre une vidéo Youtube qui peut soutenir, avec une vraie thérapie en cabinet, par un hypnothérapeute.

Publié dans Les bonnes idées

Cap sur les Zones bleues

Aux 4 coins du globe, il existe des régions où les démographes ont constaté une forte population de personnes, plus âgées qu’ailleurs, et en excellente santé. On appelle ces endroits, les « zones bleues ». Je vous propose un petit voyage au cœur de ces populations dont le secret de longévité, qui n’est plus si bien gardé, repose sur 4 piliers essentiels.

Depuis le début du siècle, 5 zones bleues ont été découvertes.

C’est en se rendant en Sardaigne il y a plus de 20ans, que les démographes Gianni PES et Michel POULAIN ont pointé la première. En effet dans la région de Nuoro, vit une concentration de personnes centenaires en très bonne santé. Après 10 jours, la première carte de « zones bleues » était créée.

La première, la région de la Barbagia en Sardaigne, dans la péninsule de Nicoya au Costa Rica, sur les îles Okinawa au Japon et Icarie en Grèce. Enfin, dans la communauté religieuse d’Adventistes au septième jour de Loma Linda en Californie.

10 jours de vacances dans ces zones ne suffisent pas à vivre mieux et plus longtemps. Le véritable bénéfice de ces endroits profite uniquement à leurs habitants, sur le long terme.

La longévité s’explique à 10% par les gènes et à 90% par le mode de vie. Dan Buettner

1er pilier : le lien social est au cœur du mode de vie des zones bleues

Dans certaines de ces zones, il n’est pas rare que 3 ou 4 générations vivent ensemble. Transmettre des souvenirs ou un savoir permet aux grands-parents de faire travailler leur mémoire. Au contact de leurs petits-enfants, les fonctions cognitives, les santés mentales et physiques s’améliorent. Cela diminue le risque de développer du stress ou la maladie d’ Alsheimer.

2eme pilier : L’ alimentation

Les repas pris ensemble joue un rôle majeur dans le maintien d’une bonne santé et donc dans l’espérance de vie. A l’abri de la mondialisation, de l’industrialisation et des pesticides, les habitants des zones bleues consomment le plus souvent des produits locaux, de saison et très peu de viande.

L’île d’Okinawa au Japon ou « l’île aux centenaires » offre une douceur de vivre unique. Ici, 80% des produits consommés sont des végétaux locaux, cultivés de façon biologique et leur gastronomie préserve un maximum les richesses en nutriments et en antioxydants des aliments. Parmi leurs aliments fétiches : le noni ou « aspirine des Anciens » (fruit tropical qui contient trois fois plus de vitamine C qu’une orange) ; le gôya (concombre local particulièrement riche en antioxydants) ou encore les herbes médicinales (apportent de la saveur aux plats et ont des vertus thérapeutiques fortifiantes et anticancéreuses). 

Une bonne alimentation permet surtout de se prévenir des maladies. C’est donc un geste de prévention que de bien manger.  Alexandra Retion

3eme pilier : Bouger ! L’ activité physique régulière, indispensable pour préserver sa santé.

Dans ces zones de Paradis, c’est un plaisir de travailler. Cependant, pour bien travailler il faut savoir se reposer et se détendre. les habitants se déplacent pour la plupart à pied et ils ont une vie active.

 le fait que l’on vive plus longtemps, c’est une très bonne nouvelle. Malheureusement, on tombe alors bien plus malade que lorsqu’on était jeune ». Alors, il est important de préparer tôt sa vieillesse et pour cela « rien ne vaut l’activité physique. Pas besoin d’être un sportif olympique : un temps de marche quotidien entretient déjà la machine. Si on aime le sport, bien sûr, c’est encore mieux. professeur Philippe Amouyel

4eme pilier : Le facteur génétique

Il s’agit de la taille des télomères des individus, ces extrémités d’ADN sur nos chromosomes. de génération en génération, le nombre de centenaires ne cesse d’augmenter. La piste de la consanguinité a ainsi été étudiée de près. Avec les mariages consanguins successifs, il n’y a que les gènes les plus importants, les plus puissants qui sont transmis de génération en génération.

En France le mariage consanguin est interdit car il augmenterait le risque de malformations ou de maladies génétique dû au fait qu’un gêne se retrouve en deux exemplaires. Mais l’hygiène et le mode de vie est propre à chaque pays.

Les zones bleues restent discrètes et se révèlent donc être de véritables havres de paix. Loin du stress, on y prend le temps de vivre. Les relations humaines sont chaleureuses et fortes. L’alimentation est saine, équilibrée et les activités physiques régulières. On peut dire que les centenaires de ces zones ont découvert depuis longtemps le secret de la longévité.

Même si nos vies, nos quotidiens sont incomparables, nous pouvons regagner un mode de vie plus sain et espérer d’ici quelques années ou générations, allonger le temps de vie en bonne santé. Nous pouvons commencer par cesser de se détester par jalousie, se rapprocher, se nourrir plutôt que de Manger ou se goinfrer et maintenir une activité physique régulière. Viser plutôt l’effort physique s’il y a besoin de se remuscler.

Publié dans Les bonnes idées

La Procrastination

Nous avons tous, déjà, repoussé quelque chose au lendemain. Que ce soit une action, une pensée, une réflexion, nous avons tous, au moins une fois, eu « la flemme ». Ce n’est pas grave mais ce n’est pas sans conséquences. Faisons-en une Force !

La flemme, c’est le manque de motivation. La plupart du temps, nous repoussons les choses que nous n’avons pas envie de faire. Nous manquons de motivation et de détermination à accomplir quelque chose. Nous trouvons d’excuses.

La procrastination est un cercle vicieux malheureusement et développe le manque d’estime de soi, la déception, le regret et la frustration.

Lorsque nous procrastinons, nous manquons de contrôle dans notre propre vie. Et cela entraîne souvent de la déception, de la culpabilisation.

Plus nous procrastinons, plus nous perdons confiance en nous et donc, repoussons encore et encore.  Repousser sans cesse amène le stress et l’angoisse. Pour les uns, cela est un booster assez positif mais pour les autres, c’est la plongée dans le stress et l’anxiété.

Le stress à long terme, a des conséquences nocives pour la santé. Problème de peau, prise de poids, addiction, manque de confiance, maladie cardiaque, le stress est une maladie, il ne faut pas l’ ignorer.

***

Nous sommes les créateurs de nos propres limites. Ayons le courage et la conscience de les dépasser, de les repousser. 

Il n’est jamais trop tard pour changer de travail, quitter une relation pour vivre dans la passion totale sans avoir peur des conséquences, créer cette entreprise qui nous aurait tant stimulé, commencer la danse ou le judo même à 25 ou 30 ans. 

Pour se sortir de la procrastination, regagner confiance en soi, énergie et courage, suivez la recette :

Planifier, décomposer l’objectif, travailler nos peurs et nos croyances limitantes, développer l’estime de nous-même, être patient, trouver un juste milieu entre « procrastiner » et  » ne pas s’écouter », trouver un partenaire de responsabilisation.

Il faut être conscient de notre tendance à procrastiner pour pouvoir l’accepter. Une fois que nous savons, nous pouvons rebondir, nous sommes en mesure de transformer notre quotidien et nous passons à l’action. Cela nous permet rapidement de mener une vie plus positive et stimulante. Soyons déterminé, arrêtons de trouver des excuses. Je dis souvent qu’il ne faut pas se laisser le choix. Parfois il n’y a que cette discipline imposée, qui nous mène là où l’on veut aller. Soyons persévérant et gardons toujours en tête l’objectif que nous nous sommes fixé. Restons bienveillant et sachons faire la différence entre une obligation et l’écoute de soi-même.

Publié dans Les bonnes idées

En quête du Prince Charmant…

Ma génération est composée de femmes qui, pour la plupart, ont été élevées avec les fabuleuses Histoires du monde de Walt Disney. Les filles sont belles, portent de grandes robes et attendent gentiment le prince charmant qui, les épousera à l’aube de leur 20ans.

Mais en grandissant, nous nous sommes rapidement rendue compte que ce cher Walt, nous avait vendu du rêve.

A 20ans, tout d’abord, nous sommes plus souvent, dans les études que dans les rayons de robes de mariées.

Et si, nous avons toutes, au moins une fois, rêvé d’un mariage dans un grand et bel endroit avec une robe de princesse, nous nous sommes également aperçu rapidement, que nous n’étions pas ces princesses parfaites; et que le prince charmant monterait jamais au 3ème étage avec son cheval blanc !

Nous avons apprit aussi, que les Hommes n’étaient pas sur Terre pour s’adapter aux femmes et que nous pouvions aussi, nous remettre en question et s’adapter à eux.

La pression exercée sur les Hommes, de devoir toujours satisfaire leurs femmes disparait doucement car le fantasme de l’homme parfait s’estompe. Nous apprenons que la perception de la perfection est propre à chacune. Nous avons pris conscience que nous étions immatures face à cette attente que nous avions des hommes.

Et Disney évolue aussi ! Avec l’une de ses dernières héroïnes, Vaiana, le studio américain à crée un dessin animé avec une jeune tahitienne qui n’a, aucun mec en vue et n’attend pas de prince charmant. Aucune histoire d’amour est présente dans le film.

Seul l’amour de la famille et le bien-être en commun sont traités dans cette histoire.

Aujourd’hui, les femmes savent qu’un homme n’ est pas un produit de consommation et ont fait le deuil des critères de sélection ou des évaluations incessantes exercées sur leur partenaires.

Terminé, la Belle au Bois Dormant qui se fait embrasser sans qu’on lui demande son avis ou le prince charmant présenté sans défauts, devant épouser une future princesse, sur de simples critères physiques.

Aujourd’hui, pour être Heureux, il ne faut pas simplement « cocher les cases » du mec parfait, de la maison, du mariage, des enfants et du chien. C’est beaucoup plus simple que cela : Partager sa vie avec une personne la plus adaptée possible à nos défauts 😉

Une des chansons sur son histoire d’amour, Orelsan propose un joli clip sur la « simplicité » d’aimer, aujourd’hui.

Publié dans Les bonnes idées

De l’autre côté

Il y a plusieurs jours, La tirelire de l’état était publiée sur le site du Flamant Vert. Nous avons parlé du budget global de l’état et des 93 milliards dépensés sans en avoir vraiment les moyens. Nous avons aussi donné quelques chiffres : les fraudes aux prestations sociales pour les plus pauvres, estimées à 1.5 milliards d’euros et celle de l’évasion fiscale, pour les plus riches, estimées à 80/100 milliards d’euros.

Aujourd’hui, nous allons voir aussi que nous dépensons énormément d’argent en aides sociales pour des entreprises qui n’en ont finalement, pas vraiment besoin.

Il faut 1000 millions pour faire 1 milliard !

L’évasion fiscale représente 1000 milliards d’euros pour l’ensemble de l’union européenne. Les entreprises du CAC 40 sont en moyenne imposées à 15% soit 20 points de moins que le taux légal en France.

Par exemple, l’entreprise SANOFI aurait reçu entre autre, plus d’un milliard d’euros d’aides publiques ces 10 dernières années avec ce crédit d’impôt Recherche. Et pourtant depuis le début de la pandémie, cette entreprise ne cesse de revoir à la hausse ses résultats grâce aux ventes record d’anti-douleurs pour les malades du coronavirus, cessent les Recherches pour le vaccin et licencient ses employés.

Au troisième trimestre 2020, Sanofi a annoncé un chiffre d’affaires de 9,48 milliards euros, en hausse de 5,7 %, et un résultat net qui croit de 9,4 %. Sanofi a déjà versé près de 4 milliards d’euros de dividendes, faisant du groupe l’une des neuf sociétés cotées au CAC40 à avoir maintenu ou augmenté son dividende en pleine crise sanitaire.

Ce qui est dommage, c’est que dans des cas comme cela, le gouvernement ne demande aucune contrepartie. Les licenciements continuent et le milliard d’euro d’aide publique n’est pas redonné (vu qu’au final, ils n’en ont pas eu besoin pour maintenir leurs activités).

Avec ce milliard, on pourrait par exemple, pendant 1an, prendre en charge les consultations psychologiques pour les personnes qui en ont besoin après « 1an de confinement » et qui n’ont pas les moyens de se soigner.

Qui sont les plus assistés ?

Rémunérer au SMIC, ce n’est pas créer de l’emploi, c’est offrir de la dépendance à l’aide sociale, c’est imposer une vie dans la précarité, c’est créer de la pauvreté.

Et pourtant en moyenne, 70% des emplois proposés par les entreprises du CAC 40 sont payés au SMIC ou vraiment pas beaucoup plus. Ces mêmes entreprises qui recevaient encore 30.3 milliards d’euros d’aides du gouvernement en 2020. 2/3 de ces entreprises ont versés les dividendes à leurs actionnaires en pleine crise COVID et 8 d’entres elles les ont même augmenté ! 1/3 encore d’entres elles ont versés les dividendes alors que leurs propres employés étaient rémunérés par l’argent public grâce au chômage partiel.

Un plan d’urgence à 110 milliards d’euros, dont 7 milliards d’euros pour Air France et 5 milliards pour Renault, à l’heure où il faut prendre, moins, l’avion et la voiture. Un plan tourisme, un plan automobile, un plan aéronautique, pour la relocalisation industrielle, des baisses d’impôts, un plan de relance annoncé à 100 milliards… Les sommes affichées sont d’une ampleur inédite. L’ écart se creuse encore plus. Les riches rachètent les sociétés en mal, les pauvres vivent confinés dans de petits logements sans savoir ce que sera leur avenir.

1/3 du CAC 40 n’a pas versé de dividendes mais l’argent n’a pas été utilisé pour maintenir les emplois car il est resté sur les comptes, en attendant de pouvoir le verser aux actionnaires sans avoir à dos l’opinion publique. Au lieu de 56 milliards, « seuls » 30.5 milliards ont été versés en 2020.

Entre l’optimisation fiscale, l’évasion fiscale, la fraude fiscale, les aides publiques, les dividendes, l’argent coule à flot dans les poches d’une poignée d’ hommes qui n’en n’ont même pas besoin et, dépasse largement le déficit annuel du budget. Et comme cette même poignée possèdent les médias, il n’est pas rare de voir dans les médias classiques et privés ( tv, radio, presse écrite) que le problème serait en fait, par exemple, les nombreux fraudeurs au RSA 😉 ( rappel le RSA est de 570€ et est versé à 2.5millions de personnes sur une population totale d’ environ 70 millions).

Allons Messieurs, soyez Raisonnable !

Condamné, mais à encore le droit de parole en grande pompe sur une chaine de TV privée …
Publié dans Les bonnes idées

les calories, notre énergie !

La calorie est l’unité de mesure de l’énergie.

A l’origine, la calorie est une unité de mesure physique : c’est la quantité nécessaire pour élever la température d’un gramme d’eau de 1 °C. En diététique, la valeur énergétique d’un aliment correspond à la quantité de chaleur dégagée par sa combustion.

En France, on utilise pour unité le kilocalorie (Kcal), qui équivaut à 1000 calories ; l’unité internationale est le kilojoule (Kjoule), sachant que 1 kcal = 4,18 kjoules.

> 1 gramme de glucides apporte 4 kilocalories,
> 1 gramme de protéines apporte 4 kilocalories,
> 1 gramme de lipides apporte 9 kilocalories.

Une personne sédentaire a besoin de 1800 Kcalories : Travail d’ordinateur, périodes assises prolongées, transport motorisé, pas ou peu d’activité physique.
Activité modérée ( 2000 Kcalories) : Marcher fréquemment, déneiger, tondre le gazon, jouer au parc avec les enfants, avoir une activité physique régulière (2-3 fois/semaine.)
une persone active a besoin de 2200 Kcalories : Bouger tous les jours,  pratiquer plusieurs fois par semaine une activité physique vigoureuse.

Une personne de plus de 51ans, sédentaire, a besoin de 1600 Kilocalories par jour.

La Grossesse – Les femmes ont tendance à prendre du poids parce qu’ elles n’ont pas connaissance de la valeur énergétique des aliments qu’elles mangent. Le métabolisme augmente de 300 kilocalories pendant la grossesse. Ce qui représente une banane et un bol de céréales avec du lait par exemple. On est loin de la pâtisserie ou des sucreries en tout genre que les femmes s’autorisent en pensant qu’elles ont le droit parce qu’elles sont enceinte.

La Ménopause – C’est 200 kilocalories de moins et cela est encore plus difficile à maitriser car c’est très peu pour les yeux. Un écart de temps en temps restera invisible mais un surplus quotidien entrainera forcément de la prise de poids.

Qu’on le veuille ou non, cela ne change rien. Si on ingère plus d’énergie que l’on en dépense, on prend du poids. Que ce soit les vacances, le WE, Noël ou l’anniversaire de la cousine 😉 Il faut faire un choix chaque jour : Manger moins ou bouger plus.

Un grand sportif va avoir besoin de 700g de protéines par jour alors qu’une personne sédentaire en aura besoin que de 350g.

Les protéines les moins grasses sont les lentilles, les haricots, la patate douce, le poulet et les fruits secs.

La viande rouge, y compris les charcuteries, en grande quantité (+ de 100g tous les jours) apporte trop de gras, ce qui développe le diabète, le cholestérol, ainsi que les maladies cardiovasculaire. La charcuterie en entrée, c’est un apport en protéines.

Exemple de l’alimentation quotidienne pour une personne diabétique sédentaire

Chacun d’entre nous, en bonne santé, avons besoin, pour se maintenir en forme, de 30/45 minutes de marche rapide tous les jours. Une personne en mauvaise santé ( surpoids ou autre) devra au moins 3 fois par semaine, faire 1 à 2h de marche rapide.

Trois sortes de Marches :

La ballade : flâner dans un centre commercial ou en forêt.

La Marche Rapide : Pratiquée régulièrement (1h à 2h par semaine en complément d’exercices de musculation), elle contribue à l’amélioration du rythme cardiaque, de la respiration, de l’équilibre et du tonus musculaire.

La Marche Nordique : se pratique avec des bâtons. Spécialement conçus pour ce sport, ce sont eux qui permettent d’activer les muscles de la partie supérieure du corps, mis de côté lors de la marche classique ou randonnée. 80% des muscles travaillent, c’est idéal en bon cardio pour la perte de poids. Excellent sport, bon pour le moral, conseillé à raison d’une séance de 2h30/3h, une fois par semaine.

On pense toujours que le liquide ne fait pas trop grossir et pourtant gare aux boissons chaudes faciles d’accès tout au long de la journée. un chocolat chaud dans un gobelet de 20cl c’est 160 kilocalories et un café au lait, également de 20 cl, avec du sucre, c’est 250 kilocalories.

L’apéritif peut vite remplacer un repas !

Il ne faut pas Vivre pour Manger, mais Manger pour Vivre.

L’activité physique est primordiale pour notre bon équilibre. Pour être performant et éviter les blessures, il faut avoir assez d’énergie pour assurer la séance. Un repas riche le midi ? 1 ou 2 heure de marche ou 45min de vélo/course à pied et, plus besoin de culpabiliser ou de sortir une salade pour le soir 😉

Un repas, c’est une entrée, un plat de résistance et un dessert.

L’encas de l’après-midi aussi peut-être fatal si nous ne sommes pas assez actif en journée. Mieux vaut privilégier les fruits secs dans ce cas, qui sont des bonnes protéines. Restera plus qu’ à diminuer ou supprimer cet apport sur le repas suivant, en fonction de ce que l’on a mangé.

Pensons au « Trou de la sécu » et menons une vie saine 😉

Publié dans Les bonnes idées

C’est la Course !

L’un des plus gros facteurs à risque de maladie, est la sédentarité. Dans tout l’occident, nous ne faisons pas assez d’exercice physique. Les technologies, les machines, nos voitures, le confort de nos logements ont entraînés des maux qui touchent de plus en plus de personnes. Nous bougeons moins et mangeons de la nourriture de moins bonne qualité. Du mal de dos à l’obésité en passant par le diabète, les conséquences se paient souvent très chères.

la sédentarité et ses conséquences, à chaque âge, très bien expliquées ici

Nous sous-estimons encore beaucoup les bienfaits du sport sur notre santé. Et pourtant de nombreuses études révèlent qu’entre autre, la course à pied permet de diminuer de 30% les décès prématurés. Un coureur à 3 ans d’espérance de vie de plus qu’un sédentaire.

La course à pied est un sport assez intéressant car il augmente la force musculaire, l’endurance ( capacité cardio-respiratoire), la circulation vasculaire, réduit les risques de surpoids, de stress, d’anxiété et lutte contre l’isolement social. Le running, avec l’âge, prolonge l’autonomie et bonifie la qualité de vie.

Comment bien s’équiper pour protéger son corps et pratiquer la course à pied ?

Les Chaussettes ! Pour prendre soin du pied, il faut éviter les paires classiques qui brûlent la plante, ne protègent pas assez les doigts de pied et apportent des ampoules dès les premières minutes de frottement. Dotées d’une coupe spéciale pour le pied droit et le pied gauche, les chaussettes de course ont une bonne assise plantaire, un excellent rembourrage et un maintien musculaire exemplaire.

Les Chaussures ! Le rembourrage est une des premières caractéristiques à regarder à l’achat d’une paire. C’est ce qui va absorber le choc ! Les Semelles extérieures de technologie AHAR sont recommandées. Caoutchouc moussé réputé pour sa solidité à toute épreuve pour courir sur les sols urbains avec une adhérence impeccable par temps pluvieux. Cette technologie améliore la durabilité de la semelle.

Ensuite, il faut s’intéresser à l’effet rebond de la chaussure et voir s’il est agréable. La foulée doit sembler facile. Les chaussures de running doivent protéger vos pieds du sol. Il faut néanmoins pouvoir ressentir certaines irrégularités sous le pied pour pouvoir faire des micro corrections et éviter toute blessure. Des mauvaises chaussures peuvent entrainer des blessures à la cheville, au bout des doigts de pieds et sur les ongles de pied.

L’ échauffement ! Il permet de se protéger d’une éventuelle blessure et d’être plus performant. L’échauffement articulaire précède le musculaire puis se termine par le cardio vasculaire. Cette séance dure entre 10 et 30 min en fonction du nombre de kilomètres que l’on s’apprête à courir. Plus le corps à d’efforts à fournir, moins il faudra s’échauffer.

L’ hydratation ! L’adulte perd environ 2,5 litres d’eau par jour sous forme de sueur, d’urine ou de respiration. Il est donc important d’équilibrer la perte d’eau par un apport hydrique suffisant chaque jour, sinon vous serez en déshydratation. Une déshydratation peut, à terme, provoquer des vertiges, une soif et une fatigue extrême ainsi qu’un affaiblissement général. 

Lorsque l’on court, nous perdons entre 0,5 et 1 litre/heure (pouvant aller jusqu’à 3 litres pour les coureurs entraînés). Pour savoir combien d’eau boire en une journée (en ml), il existe un calcul simple: Prenez votre poids (en kg) et soustrayez-y 20kg. Multipliez le résultat par 15 et ajoutez-y 1500.

Une paire de Running se change environ tous les 725km d’après les podologues. Si vous ne voyez pas de signes d’usure, vous pouvez continuer mais avec prudence car courir avec une chaussure dont la technologie de départ ne fonctionne plus, entraine des risques de blessures. Des entrainements sur le bitume ou un coureur de plus de 71kgs usera sa paire de baskets plus rapidement qu’un autre.

La meilleure de paire de running élue en 2021

Les routes bitumées sont généralement plus dures que les chemins de terre sur les articulations. En effet, la terre a un amorti naturel que le bitume n’a pas. 

Vous ne pouvez pas sauter ? Abonnez-vous aux vidéos de Susana YABAR. Cette coach espagnole propose des séances en tout genre, pour tout profil. Cardio sans sauter ou abdos debout, chorégraphies, bras, dos, double menton, le corps est revisité chaque semaine.

Publié dans Les bonnes idées

Le Face à Face

Cela va faire bientôt 1an que toute une partie de la population ( secteur tertiaire : restauration, évènementiel, discothèques, culture etc..) est confinée chez elle. 1an à la maison pour se protéger et protéger les autres, mais aussi 1 an, sans travail.

Alors au début, on trouve des activités, on monte des projets, on organise un quotidien différent mais cela va un temps. Très vite, on ne peut plus faire semblant, fuir ou fermer les yeux : On est face à soi-même pour une durée indéterminée.

Pour certains c’est la peur, le stress et pour d’autres, c’est le courage et le moment de se poser les bonnes questions, de modifier quelques comportements, de réfléchir, de s’assurer que l’on est bien en phase avec soi-même.

C’est à ce moment-là que les contrariétés, les dossiers inachevés, les problèmes  » d’avant » remontent. Cela est tout à fait normal car ce sont les conséquences du manque d’activité. Reste à savoir ce que l’on veut faire de toutes ces données remontées à la surface qui viennent combattre l’ennui.

Le secteur tertiaire est une branche de professions ou l’on travaille beaucoup. Des métiers qui passent bien souvent, avant la vie personnelle. Des activités dévouées, au service des autres.

Passer d’années de dévouement à … plus rien, est très difficile à assumer psychologiquement. Nous pouvons penser que nous ne sommes plus utile, que les gens n’ont plus besoin de nous ou encore, nous pouvons souffrir de ne plus être représenté dans la vie sociale, active.

Ensemble, quoi qu’il arrive! La vie de couple et/ou de famille devient parfois compliquée. Jusqu’à présent, nous étions habitué à vivre 3 ou 4 heures le soir puis les WE avec notre famille/conjoint mais depuis 1 an nous vivons 24h/24h ensemble et ce n’est pas si facile. La vie ne s’est pas arrêtée pour autant et il devient dur de tout caser entre 6H et 18H lorsque l’un travaille, qu’il y a des enfants, des RV ou des courses à assurer. A cela, s’ajoute les questions sur l’ Après, qui ne trouvent pas de réponses et la charge mentale qui devient immense. Peur, frustration, insécurité, isolement, autant de sentiments qui provoquent un stress intense et se retourne sur les personnes vivant sous notre toit.

Les enfants ont besoin de plus d’affection de la part des adultes car ils sentent l’anxiété générale et ne comprennent pas toujours toute l’ampleur de cette affaire.

Le droit à la déconnexion! La routine du quotidien, le travail, les transports, les enfants, ont laissé place à l’incompréhension, la sidération, la colère, le sentiment d’injustice, l’isolement, l’ennui, l’anxiété, la peur. Rassurez-vous, tout est normal. Nous ne sommes juste, pas habitués à cet effort, car pour pouvoir surmonter tout cela dans de bonnes conditions, il faut s’adapter… donc changer… donc faire un effort… et c’est dur de faire un effort. Tous ces sentiments sont semblables au processus du deuil. Nous sommes dans une situation inédite, sans repères, plongés dans un quotidien anxiogène, bourré d’incertitudes, d’inconnus et d’inquiétudes. La peur de manquer s’installe. Les informations contradictoires, noires, sont angoissantes et nous empêchent de nous recentrer, de nous apaiser pour conserver une énergie positive.

L’angoisse financière ! Chômage partiel oui, heureusement ! Merci d’avoir rendu un peu d’argent mais il faut bien être conscient que la réalité est tout autre. Depuis plusieurs années, dans ce secteur là, les salaires sont au minimum. Sur le salaire de base s’ajoute des heures supplémentaires, des primes d’objectifs ou non, des 13eme mois etc… et tout cela représente un sacré budget mensuel sur lequel il faut tirer un trait sans pour autant voir les frais fixes diminuer. Ce secteur, c’est aussi énormément d’emplois précaires représentés par les intérimaires et les intermittents à qui on demande de vivre depuis 1an avec le RSA (570€). Pendant ce temps, on ne cotise plus pour notre retraite alors qu’il nous faut déjà travailler jusqu’à 67ans.

Les conséquences! Des études menées en Chine dévoilent ce que l’on savait déjà. Un confinement à des effets plus élevés de stress post-traumatique à partir de 10 jours. Irritabilité, mauvaise humeur et pour certains ce sont des douleurs familiales ou enfantines qui remontent. Le confinement devient une vraie torture. Insomnies, troubles émotionnels ou compulsifs, dépressions ressurgissent.

Le stress engendre des problèmes de peau, de la prise de poids, de la perte de libido, des problèmes cardiaque, des difficultés à se concentrer et à mémoriser ou encore la phobie de sortir de chez soi.

Evaluons notre Résilience! Pour surmonter toutes ces conséquences néfastes pour notre santé et mettre toutes les chances de notre côté, de ne pas développer des formes plus graves de cette maladie, il est impératif de s’imposer 2 ou 3 choses.

S’éloigner de toutes les sources négatives, mais vraiment ! : éteindre sa TV et ne pas passer plus de 30 minutes par jour sur les réseaux sociaux. Ecouter de la musique, lire et/ou étudier les paroles. Regarder des films, lire des livres, écouter des podcast, faire de la méditation. Cette étape est impérative pour se recentrer. C’est le moment de faire le bilan.

Reconsidérer sa vie : qui nous sommes, ce que l’on veut, ce que l’on ne veut pas, formuler de nouveaux projets. Ecrire ! Poser sur du papier ou à l’ordinateur ce que l’on ressent comme dans un journal de bord. Ce bilan est impératif si l’on veut tenir l’anxiété, le plus loin possible de nous et de notre famille.

Mettre en place une routine équilibrée, restructurer ses journées, comme on le ferait au travail : L’entretien de notre logement, une activité intellectuelle, une activité physique, un moment social grâce à la visio ou le téléphone, un moment de loisir seul ou à plusieurs, un moment de lâcher prise, à soi.

Pourquoi pas organiser des concours de cuisine avec ceux qui vivent avec nous, faire du tri, apprendre une langue étrangère, s’intéresser à des sujets que l’on ne maîtrise pas ou dont on a une image que par les médias. Si on a la chance d’avoir un jardin, imposons-nous un minimum de 45 min dehors. C’est le moment d’utiliser notre gros manteau, notre capuche, nos chapeaux ou lunettes de soleil et de Sortir Respirer. Seule une canicule peut être une raison de ne pas sortir 😉

Communiquer : par l’ écriture mais aussi en discutant avec ses proches.

La difficulté est réelle car nous vivons dans une société où l’on a pas appris, ou, n’avons pas l’habitude, de développer nos ressources intérieures. On a plutôt tendance à aller chercher des solutions à l’extérieur, alors que nous avons tout ce qu’il faut en nous, pour passer cette période dans de bonnes conditions.

Vous avez besoin d’une aide professionnelle si vous vous reconnaissez ! Troubles du sommeil, de l’alimentation (anorexie, boulimie…), consommation d’alcool ou de substances, idées noires, réactions agressives envers vous-même ou envers les autres, tous ces comportements doivent être pris au sérieux. Ils montrent que vous n’allez pas bien et nécessitent une aide extérieure, professionnelle. Appelez votre médecin ou votre psychologue. De nombreuses consultations peuvent se réaliser via Zoom 🙂

Il ne faut absolument pas minimiser les conséquences psychologiques d’une telle épreuve. Si les émotions qui découlent d’un traumatisme ne sont pas prises en charge, alors des symptômes de stress post-traumatique peuvent apparaître quelques, semaines ou mois plus tard.

 

Publié dans Les bonnes idées

La Tirelire de l’Etat

Je suis aller faire un tour sur la plateforme du gouvernement, concernant le budget 2021. Comment est financé le budget de l’état et de combien est-il ? Combien représentent les aides sociales et comment sont-elles financées ?

En France, la règle du jeu est simple : On cotise à la hauteur de nos moyens et on récupère à la hauteur de nos besoins.

Le Budget de l’état c’est l’ensemble des ressources et des dépenses. Depuis 40 ans les dépenses sont supérieures aux recettes pour plus de 2000 milliards d’euros : c’est la dette.

Plus de 90% de ces ressources viennent des d’impôts directs ou indirects prélevés à la fois sur les citoyens et les entreprises. Les 10% restants proviennent des amendes et des jeux.

Les dépenses de l’État financent les services publics : la police, la justice, la recherche l’éducation etc… Elles comprennent des dépenses de personnel, de fonctionnement, d’intervention, d’investissement (exemple : construction des routes) ainsi que le remboursement des intérêts de la dette.

En 2020, le budget était de 250 milliards d’euros mais nous en avons dépensé 343, soit un déficit de 93 milliards d’euros. On estime que les personnes et les entreprises qui ne paient pas l’intégralité de l’impôt dont ils sont redevables représentent entre 80 et 100 milliards d’euros perdus pour le budget, tous les ans.

Les Aides Sociales

L’aide sociale est financée par la participation de l’État, les collectivités territoriales, les organismes de Sécurité sociale et les organismes de mutualité agricole.

En 2015, la protection sociale représentaient un total de 746,6 milliards d’euros, dont 701,2 milliards sont des prestations sociales. Cela représente 32 % du produit intérieur brut français. Le Danemark, l’ Italie, la Finlande, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la Suède consacrent aussi plus d’un quart de leur PIB à la protection sociale. Les prestations versées pour la santé, la vieillesse ou la survie représentent 80 % du total.

Le RSA (570€) est versé à 2.5 millions de personnes chaque année et il est estimé que 30% des personnes pouvant en bénéficier ne le demandent pas. Les démarches sont complexes et découragent beaucoup. Une personne sans domicile fixe peut prétendre à ce minimum vital.

L’ Histoire de la sécurité sociale.

Les résistants avaient pour idée de développer une protection sociale par la solidarité. La règle est restée mais divise les français. Cotiser à hauteur de ses moyens ne plaît plus à une catégorie de personnes qui pense que cette participation leur donne Droit, d’accéder à ces aides même s’ils n’en ont pas besoin.

Aujourd’hui, la sécurité sociale est divisée en 4 départements : la maladie, la famille, les accidents/maladies professionnelles, ainsi que la retraite. Mais cela devient difficile à financer.

Moins d’argent récolté car il y a moins de salaires, au vu du chômage qui ne cesse d’augmenter. On vit plus longtemps et en mauvaise santé. Les retraites et les soins représentent la plus grosse partie du budget.

En 1991, le nouvel impôt, la CSG voit le jour pour les retraités, les personnes en situation de handicap, les chômeurs, les propriétaires et certains placements financiers.

En 1996, c’est l’impôt la CRDS, pour tous, afin de rembourser le prêt contracté par le ministre de l’époque.

En 2004, c’est le reste à charge qui augmente. Sur chaque soins, médicaments, transports ou traitements, les français participent à leurs dépenses en matière de santé. Les politiques parlent de moins en moins de solidarité et incitent les salariés à se protéger eux-mêmes, avec des complémentaires santé individuelle. C’est un peu le retour à la case départ car lorsque la solidarité disparaît, seuls, ceux qui peuvent payer, sont protégés.

En 2013, le gouvernement impose de travailler plus longtemps et augmente les cotisations. Pour pouvoir profiter de la vie avec une retraite complète, il faut travailler jusqu’à 67ans. A noter qu’il a été calculé par l’INSEE que l’espérance de vie en bonne santé était de 64 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes.

Le vocabulaire change également, on parle plus de charges que de cotisations et la solidarité a disparu.

En 2015, le montant des allocations familiales est versé désormais en fonction du revenu mais toutes les familles continuent à en bénéficier.

La protection sociale n’est plus la même pour tous. Il y a le régime général qui concerne 80% de la population, puis il y a le régime pour les professions libérales, les indépendants, les agriculteurs et les fonctionnaires.

Et concrètement, les aides sociales, cela représente combien dans la tirelire ?

Il est important de préciser que tous les chiffres viennent de la DREES ( Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques ).

Je pose mon article sur l’année 2018 ( avant Covid ) où 742 milliards d’euros ont été dépensés pour la protection sociale. Le logement et la pauvreté ont reculé alors que la vieillesse et la famille ont augmenté.

La vieillesse/survie (retraite, avantages séniors) représente 325 milliards sur les 742 de départ, et la santé, c’est 249 milliards ( soins, hospitalisations, spécialistes, maison de repos, cures, traitements, transports).

Les prestations liées à l’emploi sont en nette augmentation et représentent 44.8 milliards (chômage et plan de formation mit en place sous le président Hollande).

La dépense ayant le moins varié en 2018 est celle de la famille à cause de la chute de natalité et de la modification du versement des allocations familiales en fonction du revenu soit 54.6 milliards d’euros.

Les dépenses en lien avec la pauvreté et l’exclusion sociale est en hausse avec 21.3 milliards d’euros et les prestations de logement atteignent le montant de 18.4 milliards d’euros.

En bref !

Presque 6 millions de chômeurs fin 2020 pour 800 000 offres d’emplois. Seuls 23% des bénéficiaires ont accès à un emploi en CDI ou de + de 6 mois. 43% d’entre eux auront accès à un emploi pour un mois.

A la demande du sénat, en 2019 La cour des comptes a réalisé une enquête sur le montant perdu à cause de la fraude à l’aide sociale. Une somme d’un milliard d’euros a été détectée dans les départements de la famille et de la pauvreté, celui de la santé et de la vieillesse étant presque impossible à étudier.

Plus de 10 millions de personnes vivent en France, sous le seuil de pauvreté qui est de 1063€/mois, soit environ 1 français sur 7.

Les aides sociales permettent de baisser de moitié, l’écart de niveau de vie entre les 20% les plus pauvres et les 20% les plus riches.

Il y a un peu plus de 3 millions d’allocations de rentrée versées chaque année et 2.8 millions d’allocations d’aide au logement.

Les derniers gouvernements ont voulu économiser 8 milliards d’euros sur le budget de la santé ces dernières années, en supprimant des lits, du personnel et du matériel. En 2020 le gouvernement a dépensé 15 milliards d’euros dans l’achat des masques chirurgicaux.

STOP AUX PREJUGES, CLIQUEZ ICI pour connaître le vrai montant des minima sociaux.

La meilleure façon de réduire ces dépenses d’assistance sociale est de se maintenir en bonne santé, par une alimentation saine et de l’exercice physique. La plupart de nos maux, frais médicaux et/ou d’hospitalisation sont la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie. Soyons raisonnable, Responsable.

Publié dans Les bonnes idées

Améliorer sa concentration grâce au dessin

Le coloriage est encore très associé à une activité pour occuper les enfants. Nous allons voir ensemble, que le coloriage est un excellent moteur, d’apprentissage pour les petits et d’apaisement pour les plus grands.

Cette activité est souvent proposée dans le cadre scolaire et périscolaire. Les enfants apprennent à tenir un crayon et contribuent à développer les muscles de leurs poignets, mains et doigts. Tout cela amène doucement à l’écriture.

Nous observons également le fait que, colorier, entraîne à la concentration et à la création. Le coloriage à un rôle important à jouer au niveau de la motricité de l’enfant ou encore de celle des personnes âgées.

Chez les adultes, tout comme le jardinage, le coloriage force à la concentration de part les formes, les couleurs et la complexité des dessins.

C’est aussi un excellent réducteur de stresse car pendant que l’on colorie, que l’on est concentré, notre cerveau se détache de tout ce qui peut constituer source de stresse. Le mal-être diminue pour laisser la place au bien-être.

Comme chez l’enfant, le coloriage contribue à ce que l’adulte prenne conscience et développe son esprit créatif en exprimant une émotion sans mots et en renouant avec l’artistique.

Le coloriage permet de réunir plusieurs générations autour d’une même activité manuelle sans écrans, sans ondes et sans limites.

Aujourd’hui, il existe pleins de façon de colorier. Sous forme d’énigmes, de Cherches et Trouves en langues étrangères, des 7 erreurs, des codes couleurs alphabétiques ou mathématiques, cette activité évolue et devient un vrai jeu pour tout public.

Vous trouverez différents coloriages à imprimer, cela peut servir en confinement 🙂

Publié dans Les bonnes idées

Les préjugés

Le préjugé est défini par le dictionnaire LAROUSSE comme étant un jugement sur quelqu’un ou quelque chose, formé à l’avance (sans fondement), selon des critères personnels et qui oriente les dispositions d’esprit à l’égard de cette personne/chose.

En psychologie le préjugé fait référence à une attitude qui renferme des sentiments de mépris, de dégoût ou d’écœurement.

Dans les années 20, l’Homme a commencé a étudier les préjugés. Les recherches européennes et américaines essayaient de prouver la supériorité des blancs.

La roue a tournée entre 30 et 40 car les préjugés étaient considérés comme pathologiques. Les études cherchaient les syndromes psychologiques liés au racisme, à l’antisémitisme et aux autres formes de préjugés.

En 1950, Theodor ADORNO présente les « Autoritaires » comme étant des penseurs rigides qui obéissent à l’autorité et imposent une obéissance stricte aux règles et aux hiérarchies sociales. Les personnes autoritaires sont plus susceptibles que les autres d’entretenir des préjugés contre des groupes qui ont un statut inférieur.

3 points intéressants :

  • Une forme politique conservatrice d’autorité de droite associée à une multitude de préjugés.
  • Les personnes qui hiérarchisent l’ordre social et souhaitent que leur groupe domine sont plus susceptibles d’entretenir des préjugés envers des personnes de statut inférieur.
  • La pensée rigide, unique et catégorique est un moteur aux préjugés. Ce phénomène se retrouve souvent chez les personnes qui ont moins de contact avec des gens d’un autre groupe ». 

Les personnes ayant une haute opinion d’eux-mêmes ont plus tendance à avoir des préjugés car cela permet de maintenir l’ estime d’eux-mêmes. Nous pouvons donc retenir que réduire les préjugés augmente l’estime de soi.

Les préjugés dépendent de la manière dont les membres d’ un groupe expliquent leurs comportements. Ces explications sont un symptôme et une source de préjugés. Les personnes font alors des attributions peu charitables pour expliquer le comportement des membres d’un autre groupe.

3 attributions connues :

  • L’ idée que dans un monde juste, les gens reçoivent ce qu’ils méritent et méritent ce qu’ils reçoivent. Cela soutient que l’injustice sociale ne dépend pas de la société mais plutôt des victimes de préjugés.
  • La tendance à attribuer les comportements à des dispositions, mêmes s’ils sont causés par d’autres facteurs. 
  • L’erreur d’attribution. Lorsque les membres d’ un groupe, attribuent les comportements négatifs d’ Autres à leur disposition, ou attribuent les comportements positifs du groupe différent à des facteurs extérieurs, tels que le hasard, l’exception, un coup de chance, un avantage, un haut niveau de motivation ou de l’ effort.

Par exemple, lorsque des personnes doivent accomplir de tâches typiquement masculines, le succès des hommes est plus susceptible d’être attribué à leurs habiletés que celui des femmes. Les échecs des hommes sont aussi plus susceptibles d’être attribués à de la malchance ou à un manque d’effort que ceux des femmes.

Les Conséquences des préjugés

Le Racisme… Lié à des émotions négatives face à un autre groupe, mais surtout à un favoritisme envers son propre groupe. Plusieurs formes de discrimination existent du fait que les émotions positives comme l’admiration, la sympathie et la confiance sont réservées qu’aux membres du même groupe.

Les personnes dont la couleur de peau est blanche sont plus susceptibles d’exprimer des préjugés contre les personnes dont la couleur de peau est noire. Des personnes « noires », candidats pour un emploi ont plus de chance d’être confrontées à des préjugés lorsque leurs qualifications sont ambiguës et/ou leur dossier est fort ou faible.

 formes subtiles de racisme :

  • le racisme symbolique (opposé à des politiques aidant les minorités) ;
  • le racisme ambivalent (conflit émotions positives et négatives) ;
  • le racisme moderne (minorités ayant des demandes injustes ou recevant trop d’assistance) ;
  • le racisme aversif (aversion personnelle).

Certains liens ont pu être faits comme celui de la surestimation du nombre d’immigrés pouvant être expliquée par la proéminence de la menace économique.

Le Sexisme…

Le sexisme Traditionnel représente les femmes comme incompétentes ou pas intelligentes.

Le sexisme moderne se caractérise par le déni, que la discrimination sexuelle continue d’être un problème.  Etre sexiste aujourd’hui, c’est aussi, encore, croire que le gouvernement et les médias sont trop concernés par le traitement des femmes.

Au-delà des préjugés que l’on peut avoir sur des gens que l’ont considèrent différents et inférieurs, il y a aussi le jugement sur les maladies invisibles à l’œil nu, sur certains métiers, sur des looks, sur l’aspect physique ou encore sur une musique ou un artiste.

La différence entre préjugés et stéréotypes

On pourrait avoir un stéréotype, celui que les marseillais font toujours la sieste, et le préjugé négatif qu’ils sont feignants.

Pour limiter les stéréotypes et les préjugés, il faut rester curieux et observer plutôt qu’ évaluer. Se rapprocher d’un groupe, dépasser les idées préalables et ne pas appliquer de filtres.

Tout Homme capable de penser ou parler n’est à l’abri d’entretenir des préjugés, mais en, en étant conscient et en se consacrant à de nouveaux efforts pour limiter les effets néfastes sur la société, il tente efficacement d’être un peu meilleur avec lui-même et avec les autres.

C’est aussi cela, se simplifier la vie !

-Ecouter-Comprendre-Admettre-Accepter-Solutionner-

Publié dans Les bonnes idées

Des LEGO pour Tous !

Les toutes premières briques sont apparues en 1932 grâce à un charpentier Danois, fabricant de jouets en bois.

Depuis 2014, c’est le jouet le plus vendu devant la marque MATTEL. Au fil des années, LEGO s’offre de nouvelles licences afin de pouvoir développer des collections issues de films, dessin animés ou séries.

En 2015, LEGO est élue entreprise la plus puissante du monde par le cabinet Brand Finance. Des marchés parallèles s’ouvrent entre collectionneurs faisant flamber le prix de certains « sets » anciens.

La même année, une étude Russe révèle que les produits Lego sont un placement plus rentable que les livrets d’épargne ou même l’or.

Un des premiers sets de LEGO

Malgré que la moitié des français estiment qu’il n’est pas convenable de jouer lorsque l’on est adulte, 1 adulte sur trois est joueur de LEGO par plaisir et l’assume. Pour ceux qui n’y jouent plus, presqu’une personne sur 4, le regrette. Le plaisir chez l’adulte devient de plus en plus tabou alors que le potentiel est infini.

Bien que le plaisir ne soit pas le même, adultes et enfants se retrouvent sur un point fondamental et universel : Prendre plaisir à bien faire ce que l’on fait.

Une fois que l’on maitrise le principe du jeu: joindre et détacher deux briques, nous pouvons tout faire. Excellent développeur cognitif, le LEGO permet l’initiation à l’ingénierie, l’architecture et la mécanique.

prothèse LEGO pour enfant

Le LEGO est utilisé aussi dans les structures accueillant des enfants avec handicap, troubles cognitifs ou retard intellectuel. En effet le jouet développe chez l’enfant de la confiance, de l’assurance et de la prise d’initiative. Mais aussi de la créativité, de l’imagination et de la découverte en laissant de côté l’évaluation, les limites et la compétition. L’enfant est plus confiant, apprend à prendre des risques sans avoir peur et à appréhender le monde.

Les enfants autistes sont souvent attirés par les LEGO, qui demandent une structure, un plan et des étapes à suivre. L’isolement se brise également car le jeu les force à communiquer lorsqu’ils ont besoin de demander une pièce à leur camarade, par exemple.

Le jeu est utilisé également chez les personnes âgées afin de développer la motricité fine, la concentration et le maintien du contact humain. Les intéressés éprouvent du plaisir, s’appliquent et deviennent assez fiers d’eux à la vue du travail fourni. Le LEGO chez les personnes âgées est également un appel au souvenir très plaisant.

A plusieurs, LEGO installe la coopération, le respect, l’écoute et le partage en famille.

Et même si cela est en plastique, il apporte tellement plus à l’être humain qu’on ne peut pas lui en vouloir 🙂

Présent aux Etats-Unis, en Malaisie, au Japon, en Angleterre, au Danemark, en Allemagne ou encore aux Emirats Arabes, je vous propose un petit voyage à LEGOLAND, le parc d’attraction quasi tout en LEGO.

A Bientôt ! 😉

Publié dans Les bonnes idées

Les Intestins, notre second cerveau

L’intestin est un tube qui relie l’estomac à l’anus. Il se compose de l’intestin grêle, le colon le rectum et l’anus.

L’intestin a un rôle vital pour l’organisme puisqu’il assure la distribution d’énergie grâce à l’assimilation des aliments. Les matières non utilisées sont rejetées sous forme de selles.

L’intestin possède un système nerveux. Il est recouvert de 200 millions de neurones qui font fonctionner la digestion mais qui sont aussi en contact avec notre cerveau.

Nous pouvons tous le remarquer! Si l’on mange plus de fruits et de légumes pendant 2/3 semaines, nous nous sentons beaucoup mieux, de meilleure humeur. L’intestin influence le mental et vice-versa car lorsque nous nous sentons bien, nous avons, aussi envie de s’alimenter correctement.

Les personnes ayant des troubles digestifs ont plus de risques de développer une dépression.

Les bactéries instables régulent la Sérotonine et le Gaba, deux neurotransmetteurs intervenant dans le rôle de la bonne humeur.

Lors d’un déséquilibre, certains lipides essentiels au bon fonctionnement du cerveau disparaissent, ce qui favorise l’émergence d’un état dépressif.

Environ 20% de la population a connu un épisode dépressif ou a vécu une dépression. Si vous vous reconnaissez dans ces quelques lignes, sachez que l’alimentation ne guérit pas, il faut contacter votre médecin.

LA PREVENTION : Le premier médicament est l’alimentation.

C’est elle qui fait la composition de notre flore intestinale. La première chose à faire et de corriger d’abord ses habitudes alimentaires avant de prendre des probiotiques. Il faut veiller à éviter les aliments ultra transformés et enrichis en sucre qui causent de l’inflammation et d’autres maladies.

L’intestin est un bon radar pour savoir si nous allons mieux.

Une bonne hygiène de vie et une alimentation saine permettent de limiter les facteurs de risques de développer certaines inflammations, provoquées par une hyperactivité du système immunitaire.

L’infection qu’elle soit bactérienne, virale ou parasitaire est souvent la cause de l’inflammation.

Par exemple, le cas de la gastro-entérite, qui est une inflammation de l’estomac et de l’intestin grêle, est généralement due à une infection d’origine virale.

Publié dans Les bonnes idées

Le change « Zéro Déchets »

Pendant ma première grossesse, mon mari m’a parlé de ces montagnes de couches usées dans des décharges naturelles sur les territoires africains ou indiens. J’ai imaginé la scène quelques secondes et nous avons décidé ensemble de ne pas se laisser le choix, quand on sait qu’un bébé utilise en moyenne 1500 couches accompagnées de coton ou lingettes. Nous allons utiliser des couches lavables.

Aujourd’hui, je viens d’avoir une seconde petite fille et la question ne sait absolument pas posée, on continue d’utiliser nos couches lavables.

Pour que ce système soit efficace et compatible avec le temps libre de deux parents qui travaillent, nous avons fait une bonne mise en place.

  • Une vingtaine de couches en stock et un rouleau de voiles biodégradables.
  • Une bassine d’eau au-dessus de la machine à laver et c’est parti !

On change la cadette : l’extérieur de la couche va au panier à linge sale, les inserts en bambou se rincent à l’eau et vont de suite dans la bassine avec le voile. Lorsque la bassine est pleine, HOP, dans la machine pour un cycle à 60 degrés avec de la lessive maison. On étend le linge. On enchaine sur une lessive de linges du quotidien avec les couches extérieurs à 30 degrés et on étend. Lorsque tout ce petit monde est sec, l’aînée se met avec maman et/ou papa dans la chambre. Atelier « On clipse les couches » , on replace le voile dans chacune d’entres elles et on les range dans la jolie panière Mimi la Souris 😉

C’est aussi simple que cela, lorsqu’il faut faire un change, la couche est prête, c’est aussi rapide qu’une jetable. Les voiles ont une durée de vie d’un lavage en cas de pipi et sont jetable en cas de caca. Ils se mettent dans les toilettes car ils sont biodégradables. Rien, absolument rien, ne termine dans une poubelle.

Maman se satisfait des lingettes en tissu, papa préfère le coton BIO, donc maman se charge du change pour que papa ne remplisse pas la poubelle 😉

Mais généralement maman fait le change pendant que papa rince la couche 😉

Il faut compter à peu près 1 lessive tous les trois jours pour les langes intérieurs en bambou avec un temps de séchage de 24H. Les extérieurs se glissent avec le linge classique et sèchent aussi, assez vite.

Les couches lavables, combien ça coute ? Un pack de 10 couches, avec les inserts jour et nuit, le sac de transport et un rouleau de voiles coûte 230€

Nous avons doublé le lot et voila pour 6ans d’utilisation (2enfants x 3ans ), les couches nous ont coûté 460€ et c’est tout !

Gain financier, gain environnemental et pas de perte de temps, nous avons trouvé que des points positifs à ce système de change.

Bien sûr, le coût de l’électricité, l’eau et l’usure de la machine à laver est très difficile à estimer financièrement, mais je pense que par apport aux prix du commerce des « jetables », on reste très rentable. Et ce dont on est certain c’est que le gain écologique est gigantesque.

Le change à l’extérieur

Comme les jetables, on place dans le sac langer 1 ou 2 couches. Après le change, la couche sale est mise dans le sac à couche imperméable ( plastique/pétrole 😦 ). Au retour à la maison, petit rinçage de la couche et on la met dans la bassine avec les autres 🙂

Le petit Plus des POP IN Evolutives, c’est qu’elles sont évolutives ! De la naissance à la propreté, la couche s’adapte au corps du bébé grâce à un système de pression

Publié dans Les bonnes idées

Le papier, Vaste sujet.

En kilo, combien de papier jette-on par an ?

En France, chaque personne utilise près de 180kgs de papier par an dont 45kgs uniquement en papiers imprimés, administratifs ou publicitaires. Les 2/3 de notre consommation de papier seraient recyclés. Il est possible avec un petit effort de faire diminuer cette quantité énorme, utilisée la plupart du temps sans réel besoin.

Laisser les arbres vivre, c’est aussi préserver les animaux

STOP PUB

J’ai toujours le sourire « jaune » face à ces tonnes de papiers distribués, juste pour dire que le mardi en 15, il y aura 50 centimes de réduction sur le yaourt à la vanille de la marque qui passe à la TV. C’est tellement « hors sujet » à l’heure où il faut se nourrir auprès de ceux qui produisent réellement un aliment et non pas auprès de ceux qui produisent uniquement de la marge… En mettant un autocollant STOP PUB, les distributeurs seront contraints par la loi de ne pas glisser de publicité dans votre boite aux lettres.

45KGS X 70 MILLIONS DE FRANCAIS = ?

CE N’EST QU’UNE IMPRESSION

Au travail, on sait qu’un employé imprime en moyenne 28 feuilles par jour et seul un document sur 6 est lu. Nous pouvons faire attention à cette consommation en imprimant en plus petit caractère, en faisant des recto/verso.

Investir dans des imprimantes spéciales qui effacent l’encre 16 à 24h après l’impression grâce à une technique d’UV. Des chercheurs de XEROX, on calculé que l’impression et le recyclage de la feuille consomment 318 000 joules. L’imprimante UV consommerait elle, 1 000 joules pour réimprimer une feuille. Un gain d’énergie qui se transformera assurément en gain économique pour votre patron.

A la maison, on peut s’interdire d’imprimer un mail ou d’acheter des cartouches couleur pour nous dissuader d’imprimer par facilité.

Avec le numérique, nous recevons de moins en moins de courrier. A4 ou coupées en 4, nous pouvons nous constituer des blocs-notes sur-mesure « Maison » avec le verso des lettres que l’on reçoit (idée de mamie).

Enfin, le papier est un super combustible pour allumer un feu, meilleur que les cubes à base d’ hydrocarbures et bien moins onéreux.

l’humour ne pollue pas 🙂

Chez le fleuriste, des bouquets sans papier. Juste la ficelle ou un ruban est tout aussi joli.

20 000 tonnes de papier cadeau par an, peut-on faire autrement ?

Oui ! Je passe de suite l’étape du papier recyclable 😉 et propose de réutiliser ce qui existe déjà. le papier journal, d’anciennes cartes routières, le papier kraft qui est très peu traité, des anciens dessins d’enfants, d’anciennes couvertures de magasines, pour un résultat original et plus responsable. Mais il y a encore mieux: l’emballage cadeau Durable ou le Furoshiki ( traduction : baluchon pour le bain). Technique japonaise super intéressante pour un résultat ultra qualitatif.

Vous trouverez pleins de vidéos sur Youtube entre autres, pour apprendre à emballer des cadeaux de toutes formes dont celle-ci, ci-dessous, très simple avec un monsieur assez drôle et sympathique 🙂 Tissus ou torchons au choix, variez les coloris pour un effet coloré, rustique ou raffiné: c’est vous qui choisissez.
Emballage avec un joli Torchon

En Algérie, les cadeaux sont offerts dans des foulards qui sont rendus à « l’offrant » en fin de soirée.

Enfin, pour économiser encore plus, optez pour la culture et les moments de partage qui font vraiment plaisir, plutôt que le matériel : D E M A T E R I A L I S E R. Un pass musées, une séance de cinéma, un Escape Game, un concert, une pièce de théâtre, un restaurant ou un bar atypique, des bon cadeaux sur des E-boutiques qui privilégient l’emploi dans notre pays. Rien à stocker, juste un ticket à jeter si on l’a imprimé… Mais quelque soit le cadeau, pensons qualité plutôt que quantité.

Publié dans Les bonnes idées

Réduire ses déchets

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passait pour vos poubelles, une fois déposées dans le container commun ?

La plupart des pays occidentaux envoient en Malaisie, aux Philippines ou en encore en Indonésie, une partie de leurs déchets plastiques en vu d’être recyclés. En France, le recyclage coûterait trop cher et du coup, seuls 50% de nos déchets seraient recyclés. En partant de cette idée, je pense qu’il faut se diriger vers le biodégradable et non le recyclable..

Vous vous sentez prêts à réduire vos déchets?

Il faut commencer par accepter de changer vos habitudes d’achats. Supprimer tous les emballages qui ne servent que le temps de rentrer chez soi pour devenir directement, déchets. Voici quelques conseils pour réduire facilement ce volume.

  • Pour les fruits, les légumes et le pain, munissez vous de sacs lavables, en tissu, Vous pouvez les confectionnez ou les acheter à une couturière. Les magasins Biocop en vendent également de différentes tailles.
  • Bannir les grandes surfaces qui ne sont au final, que des entrepôts proposant des produits sous emballages en tout genre. Préférez les commerçants servant dans des papiers recyclables, cela prend toujours moins de place dans la poubelle. Les boutiques vendant en vrac aussi; c’est le moment d’aller les visiter.
  • Supprimer les aliments suremballés sans trouver d’excuses 😉
  • Equipez vous d’un sac shopping résistant et durable. A savoir qu’un Tote Bag devient moins polluant qu’un sac plastique après 50 utilisations.
  • Privilégier les dentifrices, shampoings et nettoyants douche secs.
  • Faites votre lessive vous mêmes. C’est très rapide, simple, sain et économique. 1L de lessive maison coûte 1€ .
  • Abandonner les bouteilles cartons, les pots de yaourts en plastiques et n’acheter que des contenants en verre.

En règle général, optez pour les produits réutilisables: les mouchoirs, les serviettes , filtres à café, lingettes. c’est le moment de boycotter la vaisselle jetable.

Tournez-vous plutôt vers les produits qui ne bénéficient pas de publicités dans les médias. Ce sont bien souvent de grandes entreprises, qui font, de l’emballage, un support marketing pour faire de l’argent et non, pour nous nourrir correctement. Rappelez-vous aussi que le coût de la publicité et de l’emballage s’ajoutent au prix final.

Lorsque cela est possible, donnez, au lieu de jeter.

partager

Côté bébé, il est possible de passer au zéro déchet pour tout ce qui concerne le change. Un article suivra sur le sujet.
Mesdames, nous parlerons bientôt « menstruations » car le zéro déchets est possible aussi sur ce sujet là.
Publié dans Les bonnes idées

Le changement en douceur

Même débordé par le travail et les obligations quotidiennes, voici 3 premières propositions, faciles à mettre en place sans se mettre de soucis supplémentaires. Le changement commence en douceur.

La chasse d’eau c’est 6L d’eau

3500 L d’eau par personne et par année, à l’heure ou d’autres populations n’ont pas accès à l’eau potable…
Pour économiser 3 L d’eau à chaque tirage, rien de plus simple que de placer dans le compartiment chasse d’eau, 2 bouteilles remplies d’1.5 L de sable ou de terre et le tour est joué.

.

En hiver, on met un pull

La température intérieure ne devrait pas excéder 19 degrés. Le coût du chauffage revient cher à l’environnement et à notre porte feuille. 1 °C de plus, c’est 7 à 8 % de consommation en plus sur un an, la différence peut être importante ! Et puis entre nous, porter un pull en hiver, c’est normal, non ? 😉

Le sèche-quoi ?

Un sèche serviette pendant 30 minutes va consommer 2000W . Alors on est d’accord, le chauffe serviette, c’est gadget. On le laisse éteint ! Oui oui, on le laisse éteint !